•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre jeunes membres d’un gang de rue arrêtés par le SPVM

Une voiture de police, le soir, devant un immeuble avec périmètre de sécurité.

Le SPVM a questionné les quatre jeunes, qui sont restés en salle d'interrogatoire durant la nuit.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Grégoire

Quatre jeunes âgés de 15 à 20 ans ont été arrêtés hier soir par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Les enquêteurs les soupçonnent d'être impliqués dans des événements de violence armée qui se sont produits au cours des derniers mois.

Selon nos informations, les quatre suspects feraient partie du Bloc 6. Il s'agit d'un gang de rue criminel connu des policiers, qui n'hésite pas à menacer, agresser et intimider avec des armes à feu pour s'imposer autour des écoles secondaires et dans certains parcs dans l'arrondissement d'Anjou, à Montréal.

Le gang de rue aurait « la gâchette facile » pour des futilités, selon ce que des sources ont révélé à Radio-Canada.

Les quatre jeunes sont notamment associés à une série d’événements survenus aux abords de l'école secondaire d’Anjou ainsi que dans les parcs Lucie-Bruneau, Goncourt et des Roseraies.

Les enquêteurs ont pu mettre la main sur une arme à feu, des munitions, des outils de cambriolage pour véhicule et d’autres éléments de preuve lors de deux perquisitions. Ils ont également questionné les quatre jeunes, qui sont restés en salle d'interrogatoire durant la nuit.

Au moment d'écrire ces lignes, vendredi après-midi, deux d'entre eux devaient comparaître durant la journée. Les deux autres ont été libérés sous promesse de comparaître.

Le groupe fait face à une série de chefs d'accusation, dont possession d'une arme à feu prohibée, vols de véhicules, menaces et agressions.

8 présumés agresseurs contre 1 victime

D'autre part, une enquête de six mois a permis de mettre en état d'arrestation huit élèves mineurs dans une école secondaire d’Ahuntsic–Cartierville.

Le groupe était visé par une enquête criminelle pour une série d'événements d'extorsion, de harcèlement et d’intimidation à l'endroit d'un élève de leur école secondaire.

L'enquête a pu débuter grâce aux informations de l'agent sociocommunautaire du SPVM à ses collègues des enquêtes criminelles.

Deux des jeunes suspects étaient détenus en attendant de comparaître vendredi après-midi.

Du soutien psychologique a été offert à l'élève victime d'extorsion et d'intimidation par la direction de l'école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !