•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Port de Québec entame une réflexion sur son développement

Des navires de marchandises amarrés au Port de Québec.

Des navires de marchandises amarrés au Port de Québec.

Photo : Radio-Canada / Hugo Pothier

Moins d’un an après avoir vu Ottawa bloquer son projet de manutention de conteneurs à la baie de Beauport, l’Administration portuaire de Québec n’a pas renoncé à diversifier ses activités et lance un plaidoyer en faveur de terminaux plus « verts » et « technologiques ».

Un port qui stagne, c’est un port qui décroît, prévient le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard.

Le gestionnaire admet avoir été grandement déçu par le refus du gouvernement fédéral d’autoriser le projet Laurentia, qui devait permettre à la capitale de rivaliser avec les autres ports nord-américains dans le commerce par conteneurs.

Selon lui, le Port de Québec doit poursuivre sa route vers la carboneutralité et à ce titre, l’avenir passe par des terminaux plus verts et technologiques.

Le président-directeur général de l'Administration portuaire de Québec, Mario Girard.

Le président-directeur général de l'Administration portuaire de Québec, Mario Girard.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

D’ici la fin de l’année, Mario Girard souhaite présenter une nouvelle planification stratégique pour mener l’Administration portuaire jusqu’en 2026. Devant la levée de boucliers suscitée par ses précédents plans d'agrandissement, le Port de Québec ne compte plus étendre ses installations sur la Rive-Nord.

« Il est incontournable que les futurs projets s’articulent à l’intérieur des rapports que nous entretenons avec nos voisins. »

— Une citation de  Mario Girard, président-directeur général du Port de Québec

Pour Mario Girard, il est désormais clair que le Port de Québec doit se développer avec une adhésion de la population.

Limiter les conflits

Après plus d’une décennie à voir ses activités contestées par de nombreux citoyens, le Port de Québec demande à être jugé sur ses actions.

Récemment, il a accepté de participer à la mise en place de nouvelles stations de mesure de la qualité de l’air en collaboration avec le ministère de l’Environnement et l’administration Marchand.

Un premier bain portuaire en Amérique du Nord verra aussi le jour à la fin du mois dans les eaux du bassin Louise.

Le bassin Louise en avant-plan avec la Ville de Québec en arrière-plan.

L'ouverture du nouveau bain portuaire est prévue à la fin du mois de juin.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Selon Mario Girard, ces gestes concrets s’inscrivent dans un dialogue en continu que le port veut poursuivre avec la population.

De toute évidence, on peut s’améliorer encore là-dessus. On ne va pas dire qu’on a été parfait, concède-t-il, ajoutant avoir la volonté de limiter les conflits d’usage dans une ville du patrimoine comme Québec.

Vers un retour des conteneurs?

Questionné à savoir si le port pourrait de nouveau se faire le promoteur d’un projet de terminal de conteneurs, Mario Girard ne ferme aucune porte.

« On n’exclut rien dans notre réflexion. On regarde ce qui va servir le mieux les intérêts de notre communauté. »

— Une citation de  Mario Girard, président-directeur général du Port de Québec

Quant aux investissements d’une dizaine de millions de dollars qui étaient prévus pour verdir et améliorer les installations récréotouristiques de la baie de Beauport en marge du projet Laurentia, l’Administration portuaire songe à les intégrer dans son développement futur.

On devrait avoir une meilleure vision de ça dans la planification stratégique, précise Mario Girard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...