•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chômage toujours à son plus bas au Nouveau-Brunswick

Des travailleurs de la construction sur un chantier.

Au Nouveau-Brunswick, l'industrie de la construction aurait besoin de plus de travailleurs.

Photo : Getty Images / Greenseas

Radio-Canada

Le taux de chômage continue d’être en baisse au Nouveau-Brunswick. Il y a de moins en moins d’emplois disponibles, mais certains secteurs continuent d’avoir du mal à trouver des travailleurs.

Selon les plus récentes données transmises vendredi par Statistique Canada, le taux de chômage au Nouveau-Brunswick était de 7,1 % en mai. C’est un taux pratiquement inchangé depuis avril, où la province avait affiché son taux de chômage (7,0 %) le plus bas depuis 2001.

En un an, de mai 2021 à mai 2022, le taux de chômage du Nouveau-Brunswick a diminué de 1,8 %.

La province a perdu 3900 emplois entre avril et mai cette année, mais compte 8300 emplois de plus qu’à pareille date l’année dernière.

En mai, le taux de chômage pour l’ensemble du Canada était de 5,1 %, un creux inégalé dans les 46 dernières années.

Si les emplois à temps plein sont plus nombreux au Nouveau-Brunswick, on constate qu’il y a 5300 postes à temps partiel de moins.

Des secteurs continuent à avoir du mal à attirer de la main-d'œuvre. C’est le cas des restaurants et des hôtels, où la pandémie a été source d'instabilité.

La pénurie de travailleurs contrarie aussi l’industrie de la construction et survient à un moment où la population du Nouveau-Brunswick augmente, ce qui entraîne une forte demande de logements.

Dans la dernière année, environ 15 000 nouvelles personnes sont arrivées au Nouveau-Brunswick. En mars, la province, dont la population augmente à son rythme le plus rapide depuis 1976, a franchi le seuil des 800 000 habitants.

Ailleurs en Atlantique

Terre-Neuve-et-Labrador a vu son taux de chômage baisser de 0,8 % en mai, passant de 10,8 % à 10 %. C'est la deuxième baisse en importance au pays entre avril et mai, après la Colombie-Britannique (-0,9 %).

La Nouvelle-Écosse est en revanche la province dont le taux de chômage a le plus augmenté entre avril et mai, une hausse modeste de 6 % à 6,7 %.

Le chômage est en baisse de trois dixièmes de point à l'Île-du-Prince-Édouard, où il est passé de 8,4 % en avril à 8,1 % en mai.

D’après le reportage d’Hadeel Ibrahim, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !