•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 abribus de Transcona possiblement démontés à Winnipeg pour des raisons de sécurité

Un abribus près du centre commercial Kildonan Place, à Winnipeg.

Le conseiller municipal de Transcona, Shawn Nason, réclame le démantèlement de deux abribus près du centre commercial Kildonan Place depuis janvier.

Photo : Radio-Canada / Darin Morash

Radio-Canada

Jeudi, le comité municipal des travaux publics de Winnipeg a voté pour retirer les vitres, les portes et les sièges de deux abribus situés près du centre commercial Kildonan Place.

L’initiative a été proposée par le conseiller municipal de Transcona, Shawn Nason, qui veut ainsi augmenter la sécurité et prévenir l’usage de drogue.

Shawn Nason réclame le démantèlement partiel des abribus depuis le mois de janvier. Il affirme que c’est un dernier recours pour s’assurer que les personnes qui ont des dépendances n’utilisent pas les abribus pour consommer des drogues, allant plutôt chercher du soutien.

« On me demande d’agir presque quotidiennement. Ce n’est pas la mesure que je voulais. »

— Une citation de  Shawn Nason, conseiller municipal de Transcona

Cette mesure survient alors que les services de secours de Winnipeg ont noté une hausse dans le nombre d’appels au 911 pour obtenir de l’aide dans des abribus. Le nombre d’appels est passé de 1222 en 2020 à 1770 en 2021, soit une hausse de 45 %.

Cette année, Shawn Nason a proposé, puis retiré, une motion visant à restreindre l’amas d’objets dans les espaces publics. Il a fait marche arrière après avoir été informé qu’une telle mesure pourrait être utilisée contre les personnes vivant dans les abribus ou des campements dans la ville.

Selon lui, la proposition faisait suite à des plaintes de résidents du quartier au sujet d’amas d’objets dans les abribus, de la présence d'aiguilles souillées et d'épisodes de défécation en public.

Les conseillers municipaux Markus Chambers, Devi Sharma et Jeff Browaty ont voté en faveur du démantèlement des deux abribus près de Kildonan Place. Seul le président du comité des travaux publics, Mathieu Allard, s’y est opposé.

D’après Shawn Nason, la mesure sera examinée par le conseil exécutif de Winnipeg la semaine prochaine, puis par le conseil municipal, le 23 juin.

Pas utilisé pour y vivre

Le démantèlement des abribus a reçu le soutien de la directrice générale de St Boniface Street Links, Marion Willis. Le groupe travaille notamment avec des personnes en situation d’itinérance ou de dépendance.

Je me trouve dans une position inconfortable, où je soutiens une motion que la plupart des organisations dans mon secteur vont rejeter, reconnaît Marion Willis, ajoutant que les abribus sont utilisés pour consommer des substances et non se reposer.

Des adultes et des enfants ont peur [des personnes occupant les abribus] et l’effet que cela a sur les enfants est ce qui inquiète notre équipe, explique Marion Willis.

Sandra Hagenaars, gestionnaire principale du centre commercial Kildonan Place, abonde dans le même sens. Selon elle, les deux abribus sont une source d'inquiétude et d’appels quotidiens aux services de secours.

L’organisme de services sociaux Main Street Project, qui travaille aussi auprès des personnes en situation d’itinérance ou de dépendance, s’est prononcé contre la mesure de Shawn Nason.

Dans une déclaration, Main Street Project invite la Ville à rejeter la mesure, soutenant qu’il existe d’autres façons de gérer la situation.

Toute action qui touche les personnes en situation d’itinérance devrait utiliser une approche basée sur les droits de la personne, écrit l’organisme.

Main Street Project soulève également le fait que, Winnipeg n’ayant pas de centre de consommation supervisée, les personnes utilisant des drogues vont inévitablement les utiliser dans des abris publics.

Le fait d'éliminer un ou deux abribus ne réglera pas ce problème. La solution à l’itinérance est le logement abordable, conclut l’organisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !