•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles entreprises voient le jour à Eskasoni, malgré la pandémie

Sheldon et Jane Francis dans leur entreprise de restauration.

Sheldon et Jane Francis ont ouvert une entreprise de plats pour emporter il y a environ trois mois et ils songent déjà à agrandir.

Photo : Radio-Canada / Erin Pottie

Radio-Canada

Sheldon Francis a vu une occasion d'affaires durant la pandémie. Il a décidé d'offrir des plats à emporter dans sa communauté à un moment où bien des gens en avaient besoin.

En février, lui et sa femme, Jane, ont lancé l'entreprise Wilders Diner sur un petit terrain en face de leur maison. Ils venaient de créer une des huit nouvelles entreprises à voir le jour dans la communauté pendant la pandémie.

Les gens étaient tous stressés par cette pandémie, se rappelle Sheldon Francis. Nous étions enfermés, alors j'ai dit à ma femme que nous devrions ouvrir tout de suite pour que je puisse réconforter les gens avec de la nourriture réconfortante.

À une époque où même les entreprises les plus établies étaient confrontées à un avenir incertain, Eskasoni a continué de croître, constate le PDG des opérations commerciales du groupe.

Pendant la pandémie en fait, ironiquement, nous avons ouvert trois entreprises et deux magasins, précise Steve Parsons.

L'homme est debout près d'une route du village.

Steve Parsons est le PDG des opérations commerciales de la première nation d'Eskasoni.

Photo : Radio-Canada / Tom Ayers

Parmi les nouvelles entreprises de la communauté, il y a un fournisseur de télévision et d'Internet, deux services de repas pour emporter, un restaurant, un service de transport en commun local et un Tim Hortons.

Une succursale de la NSLC pour la vente de cannabis doit aussi ouvrir à la fin de l'été et le centre commercial compte doubler son nombre d’espaces de vente au détail pour passer de quatre à huit.

Au Wilders Diner, les affaires ont été si bonnes que des plans sont déjà en cours pour agrandir l'espace pour ajouter une section de restauration sur place.

Le restaurant, nommé en l'honneur du petit-fils du couple, propose des repas faits maison qui doivent être récupérés et prépayés via des commandes en ligne.

On peut y commander des boulettes de viande, du corned-beef et du chou, et des pâtés à la viande faites avec des croûtes de banik . Des recettes qui sont dans la famille de Sheldon Francis depuis quelques générations.

J'ai été élevé chez ma grand-mère dès l’âge de 10 ans, confie le jeune entrepreneur. C'est là que j'ai appris à cuisiner.

Il vante les talents de sa grand-mère qui pouvait toujours tourner le peu qu’elle avait en un bon repas.

Parfois, il n'y avait que des navets, des carottes et des macaronis dans le placard, mais elle pouvait faire une soupe.

Sheldon Francis veut maintenant ajouter au menu des plats mi'kmaq traditionnels comme le ragoût d'anguille et le hachis, un plat à base de pommes de terre et d'eau.

Un repas à emporter en vente au Wilders Diner.

Wilders Diner prépare des pâtés à la viande qui, selon Shelon Francis, sont le repas le plus populaire du menu. La croûte est faite de banik traditionnelle.

Photo : Gracieuseté : Wilders Diner

Il croit que ce sont ses portions généreuses et ses repas faits maison qui ont ont fait venir les clients d’aussi loin que Membertou, East Bay, We'koqma'q et Potlotek.

Pour répondre à la demande, il a embauché deux nouveaux employés.

Et il n'est pas le seul, Steve Parsons précise qu'au cours des trois dernières années, 120 à 200 emplois ont été créés à Eskasoni. Une croissance importante pour la communauté de 4 700 personnes.

Ce n’est pas un hasard selon lui puisque beaucoup de travail a été fait depuis 15 ans pour soutenir la création d'entreprises locales.

"Lorsque notre siège social a été établi par le chef et le conseil de l'époque, le mandat était d'aspirer à créer de nouvelles entreprises", dit-il.

À son avis tous ces efforts vont continuer de transformer la communauté.

Avec les informations de Erin Pottie du bureau de Eskasoni de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !