•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton durcit le ton sur le flânage et sur la drogue dans les transports

Des déchets et des restes de nourriture jonchent les banquettes d'une voiture de train léger à Edmonton.

Les agents municipaux et de la paix d'Edmonton ont maintenant plus de pouvoirs pour expulser une personne des transports en commun de la capitale albertaine.

Photo : CBC / Cort Sloane

Radio-Canada

Edmonton accorde plus de pouvoirs à ses agents de la paix pour contrer le flânage et la consommation de drogue sur les propriétés et autour des installations des transports en commun.

Une majorité du conseil municipal a accepté mercredi de changer les règlements municipaux sur les transports en commun. Les modifications durcissent le ton contre le flânage et le désignent comme une infraction.

La consommation de drogue à l’intérieur ou autour des propriétés qui appartiennent aux transports en commun devient également une infraction municipale.

Nous voulons éviter [que les gens] traînent autour d’une station quand ils n’utilisent pas les transports en commun, a expliqué le directeur général de la Ville, André Corbould. Nous ne pouvons pas les empêcher de flâner en ce moment.

De nombreux conseillers ont souligné les inquiétudes grandissantes du public au sujet de la sécurité dans la capitale albertaine.

Neuf conseillers ont voté en faveur de cette modification aux règlements; trois ont voté contre.

Modification préoccupante

Le conseiller municipal Aaron Paquette s’est abstenu de voter. D’après lui, les modifications ressemblent à la précédente disposition de la Ville sur le flânage, que le conseil municipal a choisi de retirer de ses règlements l’été dernier.

L'hiver précédant cette décision, la Ville avait notamment été la cible de vives critiques quand des agents de la paix auraient chassé des sans-abri d’une station LRT lors d’une période de froid extrême.

[Le règlement] ne fonctionnait tout simplement pas et n’était pas équitable, a souligné Aaron Paquette. C’était clair qu’il était biaisé à l’endroit des minorités visibles.

Selon le conseiller, même sans les nouvelles modifications, le règlement municipal permettait aux agents de s'occuper des personnes qui représentaient un risque.

La nouvelle disposition stipule dorénavant que personne ne peut utiliser les installations et le matériel des transports en commun de manière inappropriée ou illégale ni interférer avec l'utilisation prévue ou causer des dommages à la propriété de la société de transport.

Il sera également interdit de se trouver sur la propriété des transports en commun tout en ayant des comportements ou des activités autres que leur utilisation normale.

L’administration de la Ville travaille actuellement à présenter au conseil un rapport destiné à clarifier le libellé de ce règlement municipal.

Quand nous recevrons ce rapport, j'espère que nous aurons un compte rendu détaillé sur l'utilisation [de ce règlement], a dit le conseiller municipal Andrew Knack, qui a voté en faveur de la modification au règlement.

Il existe un risque [que ce règlement] soit mal utilisé, a-t-il ajouté.

Avec les informations de Natasha Reibe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !