•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La municipalité de Pontiac va accueillir un projet pilote de fouilles archéologiques

Un ancrage enfoui dans le sol, au bord d'une rivière.

Ancrage de l’ancien «boom de Quio», dans la municipalité de Pontiac.

Photo : Maude-Emmanuelle Lambert

Radio-Canada

La municipalité de Pontiac va accueillir un projet pilote de fouilles archéologiques publiques. Baptisé Archéo-Pontiac, le projet vise dans un premier temps à inventorier les ressources archéologiques trouvées, puis de proposer des activités pour les faire découvrir à la communauté.

Bénéficiant de l’appui financier de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, Archéo-Pontiac est porté par les Amis du Sault-des-Chats. L’organisme à but non lucratif veut explorer ce secteur de l'Outaouais riche en patrimoine autochtone.

L’idée est née à la suite d’une sortie scolaire organisée pour la toute première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, en septembre dernier, comme l’a expliqué l’historienne Maude-Emmanuelle Lambert, dans une entrevue à l'émission Sur le Vif.

Également conseillère technique du projet Archéo-Pontiac, elle avait ainsi pu accompagner, avec un archéologue, des élèves de l'école primaire de la Vallée-des-Voyageurs à Quyon.

Les enfants avaient été vraiment fascinés de pouvoir aller sur le terrain, de toucher des choses se souvient Maude-Emmanuelle Lambert. C’est ce contact tangible avec l’histoire et le patrimoine qui a encouragé le développement du projet Archéo-Pontiac.

Assis en cercle au bord d'une rivière, deux groupe d'élèves écoutent les explications des adultes qui les accompagnent.

L'archéologue Ian Badgley et les élèves de l'école Vallée-des-Voyageurs de Quyon, lors d'une sortie sur le thème de l'histoire et de l'archéologie en septembre dernier.

Photo : Deborah Powell

C’est un secteur très riche en histoire, souligne Maude-Emmanuelle Lambert. On va y trouver des vestiges d’anciens postes de traite, des scieries et même des chantiers de l'industrie du bois. [...] C’est aussi le site d’un ancien portage fréquenté par les peuples autochtones et les voyageurs.

« L’archéologie permet d’aller étudier différentes couches de cette histoire et de l’usage du territoire qui a été fait au fil du temps. »

— Une citation de  Maude-Emmanuelle Lambert, conseillère technique du projet Archéo-Pontiac

Outre le volet visant l’inventaire des ressources archéologiques qui seront découvertes, différentes activités de sensibilisation à la science archéologique seront proposées aux écoles et aux membres de la communauté.

Le projet Archéo-Pontiac s’étalera sur 15 mois. Il commencera en septembre et se poursuivra jusqu’en décembre 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !