•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Albertain veut devenir l’encanteur de bétail numéro un au monde

Dean Edge de profil.

Devenir un encanteur professionnel a pris une vingtaine d'années pour Dean Edge.

Photo : Radio-Canada / Nick Purdon

Radio-Canada

Dean Edge, un Albertain, tentera de devenir le meilleur encanteur de bétail de la planète ces prochains jours lors du Championnat du monde de cette profession aux États-Unis.

Non seulement il est une célébrité locale dans le coin de Ponoka, au nord de Red Deer, mais il est aussi l’un des meilleurs encanteurs au Canada et s'est classé cinquième aux championnats du monde il y a deux ans.

Il vise désormais la plus haute marche du podium. Du 9 au 11 juin, il se rendra dans l’Indiana pour décrocher ce titre au World Livestock Auctioneer Championship.

Ça serait l’apogée du succès de gagner, a-t-il souligné.

Pour Dean Edge, le métier d’encanteur se résume à beaucoup plus qu’une simple compétition. C’est un moyen d’aider les éleveurs de bétail à trouver leur juste compte lorsqu’ils vendent leurs bêtes ou leurs terres aux enchères.

Si je ne peux devenir le champion du monde, peut-être que je peux leur faire un peu plus d’argent [...] que les un ou deux chèques qu’ils reçoivent par an, a indiqué M. Edge. C’est ça qui m'est le plus important.

Il compte sur ses études à une école d’encanteurs aux États-Unis et ses expériences comme éleveur de bovins pour tirer son épingle du jeu. Mais ce qui le distingue le plus est ses 20 années dans le métier, et la vitesse de sa voix staccato, capable de suivre les offres des acheteurs à un rythme effréné.

Dean Edge lors d'un vente aux enchères (en anglais) :

Néanmoins, une des raisons pour laquelle l’Albertain est un des favoris pour remporter le championnat est l’aide que lui a apportée son mentor et voisin Dan Skeels.

Gagner le Championnat du monde n’est pas différent que de gagner la Coupe Stanley, a assuré Dan Skeel, qui a été lui-même champion en 2004. Il faut toujours travailler sur sa clarté et la maîtrise de la voix.

Dan Skeels de face sur un pont.

Dan Skeels a été champion du monde en 2004.

Photo : Radio-Canada / Nick Purdon

Le championnat se déroule sur plusieurs jours et inclut diverses épreuves. Par exemple, des entrevues de fond sur les tendances et défis liés à l’industrie des éleveurs de bétail. Car, comme Dan Skeels l’explique, le champion devient un ambassadeur de ce domaine pendant un an.

Je vais faire une prédiction audacieuse et dire que Dean [Edge] sera le prochain Canadien à gagner ce championnat du monde. Ses chances sont très, très bonnes, a-t-il fait savoir.

C’est une vedette, je n'en ai aucun doute.

Avec les informations de Nick Purdon et Leonardo Palleja 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !