•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg et les nations du Traité 1 s’accordent sur la viabilisation de Naawi-Oodena

Une image conceptuelle montrant le développement du site.

Le plan de la réserve urbaine, qui est en développement, comprend des espaces résidentiels et commerciaux ainsi que des espaces communautaires, récréatifs et sportifs et le centre administratif de la Société de développement du traité no 1 (archives).

Photo : Société de développement du traité no 1

Radio-Canada

Les nations du Traité 1 et la Ville de Winnipeg sont parvenues à un accord qui verrait la Ville fournir, notamment, des services de police, d’incendie ou d’ambulance pour la réserve urbaine située sur le site de Naawi-Oodena.

La réserve urbaine de Naawi-Oodena, à Tuxedo, s’étend sur plus de 64 hectares, un site que la Ville appelle la plus grande réserve urbaine du Canada.

L’accord, appelé Accord Gaawijijigemangit, ouvre la voie à de nouveaux logements, entreprises, parcs et autres commodités sur l'ancien site de Kapyong Barracks.

L'accord demande aux nations du Traité 1, soit les nations de Brokenhead, Long Plain, Peguis, Roseau River, Sagkeeng, Sandy Bay et Swan Lake, de percevoir les mêmes taxes professionnelles et foncières à Naawi-Oodena que dans le reste de la ville de Winnipeg.

Plus précisément, l’accord prévoit que 65 % du produit de ces taxes soient remis à la Ville pour couvrir les frais de fonctionnement des services fournis.

Selon le rapport, qui sera soumis à l’approbation du conseil exécutif de Winnipeg la semaine prochaine, les 35 % restants des recettes fiscales resteront au Traité 1, ce qui lui permettra de renforcer sa propre capacité à fournir des services, à fonctionner comme un niveau de gouvernement distinct et à soutenir les Premières Nations elles-mêmes.

Une expérience sans précédent

Pour le président des nations du Traité 1, le chef Gordon Bluesky, c’est l’aboutissement de deux décennies de négociations. L'Accord Gaawijijigemangit est un symbole de collaboration significative de gouvernement à gouvernement et de négociations respectueuses, souligne-t-il dans un communiqué de presse.

L'accord prévoit la remise des recettes fiscales au fur et à mesure que les terres de Naawi-Oodena se développeront.

Une fois que les terres seront développées, les nations du Traité 1 ont l'intention d'utiliser leur pouvoir fiscal pour créer un régime d'imposition foncière et commerciale qui reflète celui qui existe au-delà des limites de Naawi-Oodena, afin de présenter une transition en douceur, écrit le directeur administratif de Winnipeg, Michael Jack, dans le rapport.

Alors que la ville possède déjà deux petites réserves urbaines, Michael Jack explique que cet accord de service est différent de toute expérience précédente.

Les nations du Traité 1 seront responsables du développement de toutes les infrastructures de Naawi-Oodena, dont le nom signifie l'emplacement du terrain au centre de l'île de la Tortue.

L'entente proposée sera discutée lors de la prochaine réunion du comité exécutif des politiques de la Ville, prévue le mercredi 15 juin 2022.

La revendication du site par les Premières Nations

Les terrains le long du boulevard Kenaston ont été abandonnés en 2004, lorsque le 2e bataillon du Princess Patricia's Canadian Light Infantry a déménagé à la base des Forces canadiennes Shilo, à l'est de Brandon.

Les Forces canadiennes ont alors déclaré le site excédentaire et le Conseil du Trésor fédéral a tenté de le vendre à une société d'État.

Cette décision a été contestée devant les tribunaux par le groupe des Premières Nations du Traité 1, qui ont fait valoir qu'ils avaient un droit sur le site.

Le transfert de terres a été jugé illégitime et le gouvernement fédéral s'est opposé à cette décision. Le premier ministre de l'époque, Stephen Harper, a annoncé en 2015 que le gouvernement ne continuerait plus à faire appel de la décision.

En 2019, le transfert des terres aux Premières Nations du Traité 1 a été officialisé. Un plan directeur du site a été rendu public en mars 2021.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !