•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt une deuxième salle d’opération à l’hôpital de Kapuskasing

Pancarte devant l'Hôpital Sensenbrenner.

L’hôpital de Kapuskasing avait déjà l’espace prévu pour une deuxième salle d’opération, mais il n’avait pas l’équipement nécessaire.

Photo : Radio-Canada / Christophe Simard

L’Hôpital Sensenbrenner de Kapuskasing aura d’ici l’automne une deuxième salle d’opération équipée grâce à du financement du ministère de la Santé de l’Ontario et une campagne de collecte de dons.

Lucie Lamontagne, infirmière en chef, estime que la salle sera fonctionnelle d’ici la fin de l’été, lorsque tout l’équipement sera installé.

Lucie Lamontagne pose pour une photo.

Lucie Lamontagne, infirmière en chef, a souligné les défis associés au recrutement de suffisamment de personnel.

Photo : Radio-Canada / Christophe Simard

L'appareil d'anesthésie pour la nouvelle salle est arrivé et sera fonctionnel en juillet. La table d’opération, quant à elle, doit arriver d’ici la fin du mois de juin.

La Dre Jessica Kwapis, chirurgienne et chef d'équipe, affirme que la deuxième salle d’opération permettra d’éviter l’annulation de chirurgies non urgentes, ce qui se produisait à l’occasion même en ayant suffisamment de personnel

Elle estime que l’hôpital pourra à court terme augmenter son volume d’opérations chirurgicales de 10 à 15 % par rapport à 2019, avant la pandémie, grâce à une diminution des pertes de temps.

L’ajout d’une deuxième salle d’opération permettra aussi de réduire le nombre de déplacements de patients vers d’autres régions.

Un hôpital dans le Nord de l'Ontario, à Hearst.

La nouvelle salle d'opération pourra aussi servir les patients de l’Hôpital Notre-Dame de Hearst et de l’Hôpital Lady Minto de Cochrane.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

La chirurgienne précise que le nombre pourrait augmenter davantage, mais que, pour l’instant, l’hôpital n’a pas assez d’infirmières et d'anesthésiologistes pour avoir deux salles d’opération qui fonctionnent à plein régime.

La Dre Kwapis a aussi annoncé lors de la conférence de presse que l’Hôpital Sensenbrenner sera bientôt en mesure de faire des opérations chirurgicales pour des cancers du sein, grâce à l’expertise des chirurgiens locaux et à de nouveaux équipements.

Un recrutement qui a porté ses fruits

L’hôpital de Kapuskasing avait déjà l’espace prévu pour une deuxième salle d’opération, mais il n’avait pas l’équipement nécessaire.

Ce n’était pas un problème auparavant, car il y avait un seul chirurgien, explique la Dre Jessica Kwapis.

L’hôpital emploie maintenant trois chirurgiens à temps plein, dont deux pour lesquels il reste encore des détails à discuter dans leur contrat, mais qui ont commencé à travailler.

L’établissement compte aussi sur l’appui de chirurgiens suppléants et de spécialistes qui se déplacent de façon occasionnelle.

Selon Denis Bérubé, président de la fondation de l'hôpital, cela démontre que les récents efforts de recrutement ont été fructueux.

L’hôpital a notamment reçu de l’aide de la Municipalité pour faciliter l’embauche.

Une recherche de financement pleine de rebondissements

La proposition de l’hôpital quant au financement, déposée en juillet 2021, n’avait pas été retenue dans un premier temps.

La direction de l’établissement a toutefois appris en mars que l’équipement, qui inclut un appareil d'anesthésie, une table d’opération et une lampe, serait finalement financé par la province.

La directrice générale de l’hôpital, France Dallaire, explique que le ministère avait des surplus à la fin de l’année fiscale et que du lobbying a permis l’allocation des fonds.

Initialement, la demande de financement était de 400 244 $. Le ministère nous a alloué 235 269 $, a précisé Lucie Lamontagne, infirmière en chef de l'Hôpital Sensenbrenner.

Portrait de France Dallaire.

France Dallaire, directrice générale de l'Hôpital Sensenbrenner

Photo : Radio-Canada / Christophe Simard

À la suite du refus initial de la province, l’administration de l’hôpital s'était tournée vers sa fondation, car une deuxième salle d’opération est essentielle, raconte Mme Dallaire.

La fondation a accepté le défi et elle s’est engagée à amasser 214 522 $.

Après la confirmation du financement par la province, la Fondation de l’Hôpital Sensenbrenner a modifié ses plans. Elle avait déjà amassé plusieurs milliers de dollars.

Son objectif est maintenant de 117 600 $ pour l’achat d'équipements de coloscopie, ce qui n’était pas inclus dans la proposition présentée l’an dernier.

La campagne a permis de récolter 94 942 $ en date du 8 juin.

Cela inclut un don de 5000 $ annoncé pendant la conférence de presse par Mireille Dubosq, gestionnaire de projets pour la Fondation de l'Hôpital Sensenbrenner.

Mireille Dubosq pose pour une photo.

Mireille Dubosq invite les gens à continuer à donner et à acheter des billets de tirage moitié-moitié pour permettre à la fondation d'atteindre son objectif.

Photo : Radio-Canada / Christophe Simard

Il reste donc un peu plus de 22 000 $ à amasser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !