•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chirurgiens dénoncent le climat toxique à l’unité de chirurgie cardiaque d’Halifax

Le Dr Mohammed Al-Mansob est arrivé à Halifax en 2018 plein d’optimistes avec une bourse de deux ans en chirurgie cardiaque.

Le Dr Mohammed Al-Mansob, vu à l'extérieur de l'infirmerie d'Halifax.

Le Dr Mohammed Al-Mansob dit que les deux années où il a travaillé comme chirurgien cardiaque à Halifax l'ont laissé déprimé, humilié et découragé.

Photo : Gracieuseté : Mohammed Al-Mansob

Radio-Canada

Originaire du Yémen, il a travaillé plusieurs années en Arabie Saoudite, mais il voulait s'installer au Canada où sa famille vivait déjà. Ses espoirs pour un emploi à temps plein à Halifax ne se sont pas concrétisés.

Il décrit son passage à Halifax comme une « expérience très douloureuse de racisme, de discrimination, de doubles standards, d'irrespect et de division » de la part de certains médecins, stagiaires et membres du personnel liés à la division de chirurgie cardiaque de Santé Nouvelle-Écosse et, dans certains cas, de la faculté de médecine de l'Université Dalhousie.

Le médecin de 43 ans est l'un des trois médecins avec une formation internationale qui ont parlé à CBC des problèmes qu'ils ont vécus lors de leur passage à l'unité d'opérations chirurgicales cardiaques de la Nouvelle-Écosse.

Leurs préoccupations ont contribué au lancement d'une évaluation indépendante du milieu de travail.

L'enquête de CBC révèle que les trois médecins ont porté plainte à l'endroit du personnel de l'hôpital et ils ont aussi fait l'objet de plaintes de la part de leurs collègues

Dans chaque cas, les trois médecins disent qu'ils n'ont reçu aucun détail concret sur les allégations portées contre eux et, lorsque les affaires ont été conclues, n'ont reçu aucune explication sur les conclusions.

Ces trois médecins allèguent avoir eu moins d'occasions dans la salle d'opération que leurs collègues blancs en plus d’être tenus à des normes différentes.

Ils disent aussi avoir fait face à des accusations de mauvais comportement sans preuve, et à un manque d'action de la part des dirigeants pour répondre à leurs plaintes.

J'ai fini par me dire : "Mohammed, termine juste ta formation et sors d'ici dès que possible", explique le Dr Al-Mansob qui vit maintenant à Toronto.

Il a reçu une bourse de l'Université de Toronto et depuis 2020, il a travaillé comme chirurgien cardiaque à l'Hôpital Général et au Centre des Sciences de la Santé de Sunnybrook.

Le Dr Mohamed Othman en salle d'opération.

Le Dr Mohamed Othman affirme que les résidents en chirurgie cardiaque et les boursiers qui ont une formation internationale n'ont pas les mêmes opportunités à Halifax que leurs collègues formés au Canada.

Photo : Gracieuseté : Mohamed Othman

Le Dr Mohamed Othman est également arrivé à Halifax en pensant que cela pourrait mener à un travail permanent. En 2021, il a déménagé sa famille de Toronto, en espérant qu'après un stage d'un an à Halifax, il pourrait avoir un poste.

Mais le Dr Mohamed Othmana dit que l'ambiance de travail à son arrivée était toxique .

C'était comme un cirque, dit-il. Tout le monde faisait des plaintes les uns contre les autres.

« Le public doit savoir qu'il y a, je suis désolé de le dire, des personnes racistes dans ce département. »

— Une citation de  Dr Mohamed Othmana, chirurgien cardiaque

Le Dr Othman, qui possède la citoyenneté canadienne et qui travaille maintenant comme chirurgien cardiaque en Égypte, décrit l'unité d'opérations chirurgicales cardiaques d'Halifax comme fracturée.

Il soutient qu'un groupe de chirurgiens veut promouvoir la diversité alors qu'un autre est plus intéressé par les médecins nés au Canada et formés au Canada.

Santé Nouvelle-Écosse demande une révision externe

La PDG par intérim de Santé Nouvelle-Écosse, Karen Oldfield, est au courant de ces plaintes et elle dit avoir commencé à entendre parler des préoccupations concernant la division de chirurgie cardiaque en février.

La PDG devant une affiche de Santé Nouvelle-Écosse.

Karen Oldfield est présidente-directrice générale par intérim de Santé Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Dave Laughlin

Après avoir recueilli des informations, elle a décidé de demander un audit externe.

Ce que je peux vous dire, c'est que, vous savez, il n'y a pas de place pour le racisme, l'intimidation, le harcèlement ou l'intimidation à Santé Nouvelle-Écosse, assure Karen Oldfield. Je ne tolère pas cela et, en tant qu'organisation, nous ne tolérons pas cela.

L'évaluation est dirigée par le Dr Jack Kitts, ancien président et chef de la direction de l'Hôpital d'Ottawa, et Joy Noonan, une avocate dont la pratique est axée sur la médiation, l'arbitrage, les évaluations du lieu de travail et l'accompagnement en cas de conflit.

Ancien chef de division renvoyé

Un ancien chef de la division de chirurgie cardiaque, le Dr Edgar Chedrawy témoigne aussi des problèmes à l’unité dans une demande de révision judiciaire déposée devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse en mai après qu'il ait été démis de ses fonctions.

Selon les documents le Dr Chedrawy a été recruté en 2017 de l'Université de l'Illinois, où il était chef de division de la chirurgie thoracique et cardio-vasculaire.

Il a été nommé chef de l'unité de chirurgie cardiaque en Nouvelle-Écosse en 2018. Les documents indiquent aussi qu’un audit de l’unité de chirurgie cardiaque en 2010 et 2016, avant son arrivée, a reconnu qu'il y avait de graves problèmes qui devaient être résolus au sein de la division et le Dr Chedrawy a compris qu'il avait été recruté en partie pour aider à les résoudre.

Dans cette demande de révision judiciaire, le Dr Chedrawy allègue qu’il a été démis de ses fonctions sans explications malgré ses tentatives de remédier à un environnement de travail toxique.

Comportements inappropriés

Dans les documents de la cour, le Dr Chedrawy décrit une variété d'incidents auxquels il a été confronté.

  • Un médecin aurait lancé un instrument vers la jambe d'un patient ce qui a provoqué une coupure au patient. Le même médecin aurait eu un « comportement profane, sarcastique et inapproprié »;

  • Un médecin aurait lancé un écarteur sternal sur un seau en métal, ce qui aurait provoqué une perte auditive pour un membre de l'équipe chirurgicale. Ce même médecin aurait frappé un résident et aurait été violent;

  • Un médecin aurait appelé un autre médecin spécialiste en formation par un nom raciste.

Les documents judiciaires indiquent le Dr Chedrawy a été informé qu'il y aurait une évaluation du lieu de travail en 2021. Il aurait alors exprimé des inquiétudes concernant les conflits d'intérêts de deux examinateurs internes. Mais l'audit a eu lieu malgré ses inquiétudes.

Selon la demande de révision judiciaire, le Dr Chedrawy n'a pas reçu de copie de l’audit et de ses recommandations.

Le bâtiment de l'hôpital d'Halifax où se trouve l'unité de chirurgies cardiaques.

L'ancien chef de l'unité d'opérations chirurgicales cardiaques de la Nouvelle-Écosse a déposé une demande de révision judiciaire concernant la décision de le retirer de son poste.

Photo : Radio-Canada / Paul Palmeter

Quelques mois après l'examen, il se serait fait dire que pour conserver son poste de chef de division, il devrait travailler pour améliorer les relations interpersonnelles et ses habiletés de leader.

Le Dr Chedrawy aurait accepté les conditions pour conserver son emploi, mais deux mois plus tard il était congédié en tant que chef de division. La lettre de congédiement promet 97 500 $ au lieu d'un préavis de six mois.

Le Dr Edgar Chedrawy n'a pas pu être joint pour commenter et ses allégations n'ont pas été prouvées en cour.

Un porte-parole de Santé Nouvelle-Écosse a dit que l'autorité sanitaire n'avait aucun commentaire sur ce dossier.

Cette demande de révision du Dr Chedrawy arrive au milieu de l’évaluation externe du lieu de travail de l'unité d'opérations chirurgicales cardiaques de la Nouvelle-Écosse.

L'évaluation devrait être terminée d'ici l'automne et Karen Oldfield la PDG par intérim de Santé Nouvelle-Écosse assure que toutes les recommandations seront suivies.

Avec les informations de Michael Gorman de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...