•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Panasonic à Bécancour : Fitzgibbon croit plus à une usine de recyclage que de batteries

Le ministre dans les corridors de l'Assemblée nationale.

Selon le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon, les discussions avec la compagnie ne concernent pas la fabrication de batteries. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Le géant japonais de l’électronique Panasonic souhaiterait s’établir à Bécancour, mais pas pour y construire une usine de batteries. Le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon, a confirmé en entrevue à l’émission Toujours le matin que les discussions en cours avec la compagnie concernent plutôt d’autres projets, comme le recyclage.

Selon le ministre, une usine de recyclage des batteries aurait plus de chances de voir le jour à Bécancour. Il y a plusieurs projets qui peuvent être faits. On parle de recyclage, on parle de recherche, on parle de cathodes, d'anodes.

On discute avec Panasonic. Il y a plusieurs discussions chez Investissement Québec et aussi au ministère de l’Économie, mais je peux vous dire qu’aujourd’hui il n’y a pas de discussions sur une usine de batteries à Bécancour, a-t-il tenu à préciser.

Un meilleur avenir pour le recyclage?

Une usine de recyclage pourrait être plus petite qu’une usine de fabrication de batteries puisqu’elle demande un peu moins de besoins, a expliqué M. Fitzgibbon.

Selon lui, le projet ne serait pas moins intéressant pour autant. Dans une vingtaine d’années, il est possible qu’on n'ait plus de mines [...]. Le recyclage devient très très important.

« L’adoption des véhicules électriques est exponentielle. Les besoins sont là. »

— Une citation de  Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec

Une région qui fait des intéressés

M. Fitzgibbon a du même coup mentionné que Panasonic n’est pas la seule entreprise qui aurait dans sa mire le Québec. Panasonic et beaucoup d’autres s’intéressent à ce qui se passe au Québec.

Il est d’avis que la Mauricie et le Centre-du-Québec bénéficient d’atouts considérables pour attirer ces joueurs de l’industrie de la batterie. À ce sujet, il cite la présence de centres de recherche comme celui sur l’hydrogène à l’Université du Québec à Trois-Rivières. C’est sans oublier l’abondance de l’hydroélectricité et de minéraux partout dans la province.

Advenant le cas où une compagnie comme Panasonic confirme qu’elle s’établira dans la région, tout sera mis en branle rapidement pour l’accueillir. Évidemment, on va être prêts, a lancé M. Fitzgibbon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !