•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le N.-B. dressera la liste des temps d’attente pour chaque chirurgien

des chirurgiens dans une salle d'opération.

En novembre 2021, le ministère de la Santé a publié un nouveau plan qui traite notamment des « longs délais d’attente pour les chirurgies ».

Photo : archives

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick prévoit mettre à jour son site Web sur les temps d’attente en chirurgie pour y inclure les temps d’attente pour chaque chirurgien, révèle une note de service du ministère de la Santé.

Ce changement reflète une intention d’accroître la transparence des rapports publics et de promouvoir une meilleure planification des renvois parmi les fournisseurs , mentionne la note de service signée par le sous-ministre adjoint intérimaire Éric Levesque.

Le site permettra également au Nouveau-Brunswick de se rapprocher davantage de ses homologues provinciaux, tout en offrant aux citoyens du Nouveau-Brunswick un moyen de s’informer sur les temps d’attente pour les interventions chirurgicales au Nouveau-Brunswick , a-t-il écrit.

Le site Web sur les temps d’attente fournit actuellement les temps d’attente en jours pour les établissements de santé, les spécialités chirurgicales et certaines interventions chirurgicales.

Une fois mis à jour cet été, le site Web dressera la liste de chaque chirurgien, de sa spécialité, de son secteur de santé et du temps d’attente en jours.

Le ministère de la Santé n’a pas répondu immédiatement à une demande d’entrevue de CBC.

La Société médicale du Nouveau-Brunswick, qui représente les médecins de la province, a refusé de faire des commentaires lundi, y compris de dire si elle a été consultée au sujet du changement et de quoi, le cas échéant. Une présentation du nouveau système doit se faire dans les prochains jours, a admis leur porte-parole Jim Johnson.

Le registraire du Collège des médecins et chirurgiens du Nouveau-Brunswick, le Dr Ed Schollenberg, était à l’extérieur de la province et n’a pu être joint pour obtenir des commentaires.

Le nouveau plan provincial en santé

La mise à jour du site Web relève du groupe consultatif provincial sur la chirurgie établi en juin 2020 pour conseiller le ministère de la Santé et les régies régionales de la santé sur les stratégies visant à régler les problèmes liés à la prestation de services chirurgicaux au Nouveau-Brunswick, y compris les temps d’attente, la rapidité et la pertinence du service.

« Nous sommes convaincus que la déclaration de l’information sur les temps d’attente des chirurgiens peut aider les citoyens et les fournisseurs de soins à comprendre les temps d’attente pour une intervention chirurgicale dans la province et, par conséquent, à prendre des décisions éclairées au sujet de leur parcours en matière de temps d’attente. »

— Une citation de  Le sous-ministre adjoint intérimaire de la Santé, Éric Levesque

En novembre 2021, le ministère de la Santé a publié un nouveau plan provincial intitulé Stabiliser les soins de santé : un appel urgent à l’action, qui traite des longs délais d’attente pour les chirurgies .

Il décrivait un projet pilote qui devait commencer en avril, dans le cadre duquel les fournisseurs de soins primaires pourraient aiguiller électroniquement les citoyens vers des spécialistes en orthopédie. Les citoyens auraient alors la possibilité de choisir le prochain spécialiste disponible dans leur zone de santé ou d’attendre un chirurgien spécifique.

Au cours des deux prochaines années, ce processus s’étendra à d’autres spécialités à l’échelle de la province , a indiqué la ministre de la Santé, Dorothy Shephard.

D’ici 2023, la liste des citoyens qui attendent plus d’un an pour une arthroplastie de la hanche et du genou sera éliminée, et personne n’attendra plus d’un an pour le service, avait signalé Dorothy Shephard.

D’ici deux ans, tous les temps d’attente en chirurgie seront réduits de moitié, a-t-elle promis.

Statistiques

Au Nouveau-Brunswick, seulement 47 % des citoyens ( 72 % au Canada ) reçoivent une arthroplastie de la hanche ou du genou dans les six mois suivant l’autorisation du chirurgien orthopédiste.

Pour les arthroplasties de la hanche, cinq chirurgies sur dix à l’échelle de la province ont été effectuées dans les 192 jours entre janvier et mars, selon le site Web sur les temps d’attente.

Un projet sur dix à l’échelle de la province n’a toujours pas été réalisé après 490 jours.

L'Hôpital de Moncton.

L'affiche d'entrée de l'Hôpital de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

C’est deux fois et demie le seuil national de 182 jours pour les remplacements de hanche.

C’est à l’Hôpital de Moncton que l’attente est la plus longue, un patient sur dix attend encore 595 jours.

Veuillez noter que les données de janvier à mars 2020 doivent être consultées avec prudence, car les temps d’attente ont été directement touchés par la COVID-19 , indique le site Web.

Au total, 180 remplacements de hanche ont été effectués dans l’ensemble de la province entre janvier et mars 2022.

Au cours de la même période l’an dernier, 328 remplacements de hanche ont été effectués, cinq sur dix dans un délai de 273 jours et un sur dix encore en attente après 493 jours.

Pour les arthroplasties du genou, cinq chirurgies sur dix ont été effectuées dans les 287 jours entre janvier et mars de cette année, alors qu’une était encore en attente après 563 jours.

Le point de référence national pour les arthroplasties du genou est également de 182 jours.

Encore une fois, c’est à l’Hôpital de Moncton que l’attente a été la plus longue, un patient sur 10 n’ayant pas terminé son traitement après 853 jours.

Au cours de cette période de trois mois, 260 remplacements de genou ont été effectués.

L’an dernier, 604 remplacements de genou ont été effectués dans ce délai. Cinq des dix demandes ont été traitées en 271 jours et une d’entre elles était toujours en attente après 544 jours.

Selon les projections actuelles, près du tiers de la population du Nouveau-Brunswick aura plus de 65 ans d’ici la fin des années 2030, selon le ministère.

D’après un reportage de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !