•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. lance un système d’alerte en cas de canicule, dans l’attente d’autres mesures

Une personne âgée se rafraîchit à un point d'eau.

Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables en cas de canicule. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Radio-Canada

La Colombie-Britannique annonce un nouveau système d’alerte qui préviendra les Britanno-Colombiens quand une canicule se profile dans leur région. Le système d'alerte et d'intervention en cas de chaleur (BC HARS) permettra des alertes de diffusion intrusive, avant et pendant un épisode de canicule.

Le système comprendra deux niveaux d’alerte, les avertissements de chaleur et les urgences de chaleur extrême. Les avertissements de chaleur seront déclenchés quand sont prévus deux jours consécutifs ou plus au cours desquels les températures maximales du jour devraient atteindre ou dépasser les seuils de température régionaux.

Les seuils de température régionaux

Région

Maximum diurne (jour)

Minimum nocturne (nuit)

Sud-ouest

29 °C

16 °C

Fraser

33 °C

17 °C

Sud-est

35 °C

18 °C

Nord-est

29 °C

14 °C

Nord-ouest

28 °C

13 °C

Des avertissements de chaleur sont attendus une à trois fois par été. Des urgences de chaleur extrême sont attendues une ou deux fois par décennie.

Pour les urgences de chaleur extrême, la province pourra émettre des alertes par l'intermédiaire du système national d'alerte, Alert Ready, qui est déjà utilisé pour émettre les alertes Amber et les avertissements de tsunami, de feu de forêt et d'inondation.

Pour le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, il est essentiel de tirer les leçons du dôme de chaleur de juin 2021 et de travailler avec les gouvernements locaux. Le ministre de la Santé Adrian Dix a quant à lui réitéré ses condoléances aux familles des victimes de la canicule qui a fait 595 morts.

Interrogés à plusieurs reprises sur les mesures concrètes mises en place pour aider les populations vulnérables qui n'auraient pas les moyens par exemple de se rendre dans un centre de rafraîchissement, les ministres ont expliqué que ce système d’alerte est un outil parmi d’autres.

Mike Farnworth explique que la province attend des recommandations du bureau de la coroner qui doit déposer un rapport bientôt concernant les décès pendant le dôme de chaleur.

« Il y a toute une gamme d'autres outils qui auraient besoin d'être accessibles. Alors évidemment, la diffusion d'alerte intrusive en est un, les médias en sont un autre, le porte à porte en est un autre. »

— Une citation de  Mike Farnwortk, ministre de la Sécurité publique de la C.-B.

Un guide disponible en français

La province a également travaillé sur un guide de bonnes pratiques, qui est disponible en français (Nouvelle fenêtre), en pendjabi, et en chinois, afin que les Britanno-Colombiens sachent quelles mesures mettre en place à leur échelle en cas de canicule, comme l'autosurveillance des symptômes d'un coup de chaleur ou la prise régulière de nouvelles d’amis et de proches vulnérables.

Quelques symptômes à surveiller :

  • les étourdissements ou les évanouissements,

  • les nausées ou les vomissements,

  • la confusion,

  • les maux de tête,

  • la respiration et les battements cardiaques rapides,

  • la soif extrême.

La province explique que le système d'alerte et le guide s’appuient également sur un renforcement du système d'ambulance et des soins d'urgence, et une augmentation des effectifs.

Un Fonds de préparation communautaire aux situations d'urgence de 189 millions de dollars est actuellement accessible, jusqu’au 24 juin, aux Premières Nations et gouvernements locaux pour cartographier, évaluer et planifier les risques de chaleur extrême.

Selon Armel Castellan, météorologue chez Environnement et Changement climatique Canada, il ne devrait pas y avoir de vague de chaleur dans les prochaines semaines, alors que le printemps et le début d'été ont été assez froid et mouillé [...] pour la plupart de la province.

Le météorologue imagine qu’à l'avenir de plus en plus de personnes, d'associations et d'immeubles feront des rénovations pour pouvoir gérer les températures extrêmes à l'intérieur des bâtiments.

Avec des informations d’Alexandre Lepoutre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !