•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grand-messe du secteur de l’énergie revient avec un ordre du jour chargé

Des pièces d'équipement de forage sont exposées sur le sol d'un espace de l'entreprise chinoise CPTDC.

Environ 30 000 personnes sont attendues au Global Energy Show, le rassemblement du secteur énergétique canadien à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Après deux années d’absence, le grand rassemblement du secteur énergétique canadien, le Global Energy Show, est de retour à Calgary. Les questions sur l’approvisionnement mondial en pétrole et en gaz et les ambitions climatiques ont toutefois transformé le visage de ce rendez-vous.

Lors du dernier événement, en 2019, les mots sécurité énergétique avaient disparu des discussions du secteur, et le prix du baril de pétrole dépassait encore difficilement les 60 $ US.

Celui-ci flirte maintenant avec les 120 $ US, et la sécurité énergétique est sur les lèvres de tous les politiciens canadiens souhaitant promouvoir la production pétrolière et gazière.

Le Global Energy Show a donc pivoté. Une demi-journée de discussions est maintenant consacrée à ce thème avec la participation de l’ambassadrice de l’Ukraine au Canada et de l’ancien secrétaire américain de l’Énergie Rick Perry.

Il y a une attention accrue sur le Canada et les possibilités pour le pays d’approvisionner [le monde] en énergie de manière sécuritaire et durable. Cela a été un grand changement pour nous, explique Nick Samain, vice-président de la firme dmg events, qui organise le Global Energy Show.

« [La sécurité énergétique] a été une question un peu oubliée par le secteur, mais elle est maintenant à l’avant-scène. »

— Une citation de  Nick Samain, vice-président, dmg Events

C'est sûr que la question de la sécurité énergétique sera dans tous les esprits, affirme la présidente de la Chambre de commerce de Calgary, Deborah Yedlin.

Tapis rouge pour les énergies renouvelables

L’événement ne se veut toutefois plus un rassemblement seulement pour le secteur des hydrocarbures. Juste avant la pandémie, son nom était passé de Global Petroleum Show à Global Energy Show.

Dans le grand hall d’exposition, des panneaux solaires et une voiture électrique sont installés à côté de la machinerie de forage.

Des panneaux solaires vus devant la tour de Calgary.

Cette année, le Global Energy Show laisse une large place aux entreprises du secteur des renouvelables.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

L’entreprise de projets solaires et éoliens Greengate Power répond pour la première fois à l’invitation des organisateurs.

C’est très symbolique et une reconnaissance de ce qui se passe. Je suis fier de mener une entreprise qui peut démontrer ce qui est possible en Alberta. Au coeur du pays du pétrole, nous pouvons à la fois prospérer dans l’industrie du pétrole et du gaz et dans les énergies renouvelables, souligne Dan Balaban, le président-directeur général de Greengate Power.

Les mots zéro émission parsèment d’ailleurs le programme des conférences. Des discussions sont prévues sur l’hydrogène, les petits réacteurs nucléaires et la capture et le stockage du carbone.

La pandémie fait toutefois encore sentir ses effets. Environ 30 000 personnes sont attendues pendant les trois jours de l’événement, et 500 entreprises participent à la foire. Auparavant, le Global Petroleum Show en accueillait presque le double.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...