•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chambre de commerce de Manicouagan s’allie avec le Conseil des Innus de Pessamit

Des membres de la communauté innue de Pessamit et de la Chambre de commerce et d'industrie devant le nouveau bureau satellite.

Un plan d'action sera mis en place dans les prochaines semaines.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Radio-Canada

La Chambre de commerce d’industrie de Manicouagan (CCIM) et le Conseil des Innus de Pessamit s’allient pour stimuler l'entrepreneuriat et la collaboration. Leur première action est la création d’un bureau satellite de la Chambre de commerce au sein de la communauté de Pessamit.

En conférence de presse lundi à Pessamit, la CCIM et la communauté ont fait l’annonce de l’ouverture d’un bureau satellite. La directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan, Myreille Lalancette, souhaite que de nombreux projets d’entreprises puissent voir le jour avec l'aide de cette collaboration, d’autant plus dans un contexte où la main-d'œuvre se fait rare.

« Il y a l’enjeu de main-d'œuvre, il y a l’enjeu de transport, mais on parle également de l’intégration de la main-d'œuvre dans les entreprises de la Manicouagan. Donc c‘est un travail qu’on chérit depuis plusieurs mois. On travaille à établir ces ponts-là. »

— Une citation de  Myreille Lalancette, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan
Suzanne Charland pose devant le nouveau bureau satellite.

«Moi, cette annonce-là me rend très émotive, parce que je fais partie de cette table-là qui imagine beaucoup de rêves», raconte Suzanne Bacon Charland.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Le bureau satellite va permettre de faciliter les échanges pour les membres de la communauté, dont le territoire, est situé à 54 kilomètres de Baie-Comeau.

Selon la vice-cheffe du Conseil des Innus de Pessamit, Suzanne Bacon Charland, ce partenariat va renforcer la culture entrepreneuriale chez les Innus. Je crois que les communautés allochtones en ont besoin aussi, on a beaucoup à donner et on a beaucoup à apprendre de chacun. Je pense que c’est avec ce bureau, ce n’est pas une recette miracle, mais ça va susciter un peu d’intérêt, de curiosité et pousser les gens à se dépasser.

Les personnes intéressées pourront prochainement avoir droit à des formations, des partenariats, des ateliers de sécurisation culturelle et bien plus. Le bureau satellite, nommé Capteur de rêves, sera ouvert deux jours par semaine et l’horaire pourrait être élargi en fonction de la demande.

Avec les informations de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !