•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un père reconnaît des gestes incestueux commis sur sa fille à Sherbrooke

Palais de justice de Sherbrooke.

Le père incestueux a plaidé coupable au palais de justice de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / René-Charles Quirion

Une adolescente ayant subi des gestes incestueux de la part de son père pendant près d'une décennie a réussi à dénoncer son agresseur, qui a plaidé coupable lundi au palais de justice de Sherbrooke.

L'homme a été accusé d'attouchement sexuel et d'avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite entre 2012 et 2021.

La victime a d'ailleurs subi des agressions de 8 à 12 ans, Les gestes se déroulaient la nuit, alors que le reste de la maisonnée était endormie, et se produisaient environ deux fois par semaine. En plus des agressions, l'homme faisait regarder des films pornographiques à la victime, afin de lui suggérer des comportements sexuels à adopter avec lui. Les plus récents événements sont survenus à l'été 2020, et c'est ce qui a poussé la victime à dénoncer la situation à sa mère.

Cette dernière a par ailleurs quitté l’accusé, après l’avoir confronté.

De nombreuses accusations à caractère sexuel

Sans faire d’aveux, l'homme a reconnu les gestes commis sur sa fille. Il a mentionné que les gestes étaient plus forts que lui.

L’accusé a aussi plaidé coupable de gestes récents de voyeurisme à l’automne 2021. Il avait dissimulé des caméras dans la salle de bain de son logement pour y filmer ses colocataires nues.

L’accusé a reconnu des gestes de possession et de distribution de pornographie juvénile. Lors de la perquisition à son domicile de Mascouche, il avait en sa possession plus de 200 fichiers de pornographie juvénile.

L’individu de Sherbrooke, détenu depuis novembre 2021, sera évalué pour déterminer s’il doit être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler avant de recevoir sa peine.

La procureure aux poursuites criminelles Stéphanie Landry et l’avocat de la défense Olivier Cusson vont fixer les observations sur la peine le 4 août prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.