•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le transport en commun pourra-t-il suivre la croissance démographique d’Halifax

Deux traversiers dans le port d'Halifax le vendredi 18 février 2022.

Deux traversiers dans les eaux agitées du port d'Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Certains résidents de la région d'Halifax sont frustrés par le système de transport en commun. Ils craignent que la municipalité ne soit pas en mesure de suivre la croissance démographique alors qu'elle approche d'une taille comparable à certains des grands centres du pays.

La croissance rapide d'Halifax signifie que la municipalité est sur la bonne voie pour atteindre un demi-million d'habitants en moins de cinq ans, et les données du recensement de 2021 de Statistique Canada montrent que la population du centre-ville connaît la croissance la plus rapide au pays, devant Montréal et Kelowna.

Debbie Mansfield, qui vit dans le quartier de Clayton Park, raconte comment ses récents problèmes avec le système de transport en commun pourraient la mener à envisager d'autres options.

Clayton Park se trouve à environ sept kilomètres au nord-ouest du centre-ville et est l'un des quartiers urbains les plus denses de la région d'Halifax.

Un autobus à un arrêt dans une rue d'Halifax. quatre individus sont sur le point d'embarquer à bord.

Les masques sont obligatoires dans tous les transports publics depuis juillet, mais la règle n’est pas appliquée.

Photo :  CBC / Robert Short

Elle déplore les changements constants d'itinéraire, les autobus peu fiables et la mauvaise connexion entre les itinéraires . À son avis la municipalité n'est pas prête à l'arrivée massive de nouveaux résidents.

Debbie Mansfield ajoute qu’avec la construction d'un nouvel édifice à condo, elle s'attend à ce que les autobus déjà bondés débordent une fois que les locataires emménagent.

Je n'ai jamais eu de permis de conduire, mais je suis prête à suivre l'un de ces cours de conduite et à acheter une voiture, lance-t-elle.

D'autres se sont tournés vers les médias sociaux pour exprimer leurs frustrations.

Nous sommes une ville qui approche un demi-million d'habitants avec un système de transport en commun conçu pour les années 1970, écrit un utilisateur dans un groupe Facebook appelé Halifax Transit Chat.

Plan de transport rapide en préparation

Pour faire face à la demande croissante, le conseil régional a approuvé à l'unanimité en 2020, deux nouveaux projets de transport en commun qui doivent être réalisés avant 2030.

Patricia Hughes, directrice de la planification et de l'engagement des clients chez Halifax Transit, dit que le système de transport en commun a noté une augmentation de l'achalandage de 4,8 % en 2019.

Puis, il y a eu diminution de l'achalandage durant la pandémie, mais les données du troisième trimestre de 2021-22 montrent que l'achalandage augmente lentement, avec 5,1 millions d'embarquements enregistrés, contre quatre millions d'embarquements pour la même période l'année précédente.

Nous pensons que ça va très bien, dit-elle. Nous avons constaté une forte croissance de l'achalandage au fil des ans.

Elle explique que l’amélioration des services va se concentrer sur les zones qui doivent connaître une augmentation de résidents et d'emplois.

Un autobus traverse le pont Macdonald à Halifax.

Un autobus traverse le pont Macdonald à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

La stratégie comprend 4 lignes d'autobus de transport en commun rapide qui passeront toutes les 10 minutes, l'ajout de voies réservées aux autobus dans certaines régions et 3 nouvelles routes de traversier avec des liaisons directes entre le centre-ville d'Halifax et de nouveaux terminaux à Mill Cove, Larry Uteck et Shannon Park.

Nous devons passer au niveau supérieur et attirer plus de personnes vers le transport en commun afin qu'elles puissent l'utiliser pour le travail, la vie personnelle, l'école et toutes les choses qu'elles font, pense Patricia Hughes.

Le conseil a rejeté l'idée d'un train de banlieue

Le conseiller Tim Outhit du district de Bedford-Wentworth aurait préféré que la stratégie inclue la construction d'un train de banlieue, mais le conseil a voté contre en 2019.

Lorsque la ville a approché l'entreprise ferroviaire CN Rail pour utiliser ses voies, qui menaient déjà à la ville, elle a refusé en disant vouloir utiliser ces voies pour augmenter le transport de marchandises vers le centre-ville.

Est-ce que je pense que c'est aussi bon? Non, pas à mon avis, déclare le conseiller Outhit qui qualifie cette stratégie d’un plan B même s’il avoue que c'est un pas dans la bonne direction.

Il croit qu'avec le taux de croissance rapide de la population, le transport en commun est un besoin essentiel.

Que ce soit à cause du prix de l'essence ou pour vouloir être vert et plus productif, nous devons absolument faire de l'amélioration du transport en commun une priorité,, croit Tim Outhit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !