•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Association de la quincaillerie et des matériaux réclame un ministère de l’habitation

Un chariot élévateur déplace des planches de bois.

Le coût du bois et le manque de main-d'œuvre sont à considérer pour les projets de construction ou de rénovation cette année.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

L’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction réclame la création d’un ministère de l’habitation à part entière. Actuellement, ce volet est inclus dans la mission du ministère des Affaires municipales, détenu par la députée de Chicoutimi, Andrée Laforest.

Selon le président de l’Association, Richard Darveau, il est devenu impératif que l’habitation obtienne un portefeuille unique en raison de l’ampleur des enjeux qui touchent le logement et l’industrie de la construction.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, Richard Darveau a dit souhaiter que cet enjeu soit au cœur de la prochaine élection, en octobre.

On peut comparer l’habitation et le monde de la construction à un écosystème comme la forêt et le tourisme. Lorsqu’on le parcelle et qu’on le divise dans plusieurs ministères, ça rend tout plus compliqué et surtout moins cohérent, croit le président.

Il cite en exemple la flambée des coûts des matériaux de construction.

Si on est un client, qui a sa propre maison, où est-ce que vous vous adressez? Il y a plusieurs portes et vous ne saurez pas à laquelle frapper, dit-il, évoquant les divers volets qui touchent l'habitation, autant au plan économique, écologique que social.

Richard Darveau insiste aussi sur l’importance d’avoir un ministre consacré à l’habitation, entouré d’experts et d’un budget lui permettant de couvrir tous les angles.

On veut de la cohésion et de la cohérence. Madame Laforest remplit le mandat que le premier ministre lui a donné, tout à fait, rien n’est parfait en ce monde, mais je pense qu’elle fait tout ce qu’elle peut. Maintenant, est-ce qu’elle ferait la même chose si on lui donnait un ministère de l’Habitation avec un portefeuille et des experts? Elle ferait pas mal plus, pense Richard Darveau.

Pas de ministre délégué

L’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction ne veut pas d’un ministère délégué. Elle estime que les diverses dimensions inhérentes à l’habitation méritent qu’un ministre y travaille à temps plein.

« En ce moment, c’est les Affaires municipales qui prennent le dessus. Comprenez bien, c’est un point fondamental. Il faut que les plus démunis de notre population aient une personne qui les représente, mais il n’y a pas que ça dans l’habitation. »

— Une citation de  Richard Darveau, président, Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction

À une certaine époque, Québec avait créé un ministère consacré à l’habitation et, selon Richard Darveau, il était efficace.

Le président, qui signe une lettre ouverte dans un quotidien national lundi, relève les effets dévastateurs de la crise du logement.

Il demeure convaincu que la fragmentation des secteurs au sein de l’appareil gouvernemental n’aide en rien à régler la situation. Il dénonce aussi le fait que l’habitation n’ait pas été cernée comme une priorité par les différents partis en lice pour le prochain scrutin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...