•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de citoyens en marche pour dire non au 3e lien

Des gens marchent en ligne devant la Place Jean-Béliveau avec de multiples pancartes avec des slogans contre le troisième lien.

Des résidents de Québec ont organisé une marche contre le troisième lien, le dimanche 5 juin 2022.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

À quelques mois des élections provinciales, les opposants au 3e lien veulent se faire entendre. Des centaines d’entre eux se sont rassemblés, dimanche après-midi dans les rues de Limoilou, à Québec, pour exprimer leur désaccord avec ce projet de tunnel censé relier la Capitale-Nationale et Lévis.

Ils se sont tout d’abord réunis place Jean-Béliveau. Le lieu de départ de leur marche n’a pas été choisi au hasard. Le 3e lien doit déboucher non loin.

Ce projet colossal ne satisfait pas tout le monde, à commencer par les habitants du quartier qui craignent que leur qualité de vie en pâtisse.

Nous, on s'est installés dans Limoilou parce qu'on voulait être proches de la ville, tout en pouvant faire plein de choses à pied et à vélo. Mais là, en créant un 3e lien qui arriverait directement dans Lairet, ça va avoir de gros impacts pour tous les gens d’ici, affirme Julie Gouin.

Plus de congestion à court et moyen terme

Angèle Pineau-Lemieux, une des organisatrices du rassemblement, ne se montre guère plus optimiste.

Quand on ajoute de la capacité routière, inévitablement, ça nous mène à moyen et long terme à plus de congestion. C'est ce qui attend les citoyens des quartiers centraux.

Elle prédit des milieux de vie qui seront moins propices à la marche, au vélo et au transport en commun.

Un homme présente une pancarte à la caméra sur laquelle on peut lire ''Scientifique contre le tunnel Québec-Lévis mais pour le tramway de Québec''.

Les opposants au projet de tunnel entre Québec et Lévis se sont fait entendre haut et fort lors de leur marche de dimanche.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

François Legault était de passage à Sherbrooke, dimanche, pour présenter la candidate de son parti, Caroline St-Hilaire, dans la circonscription. Interrogé sur son projet de tunnel entre Québec et Lévis, le premier ministre québécois l’a défendu.

On a besoin d'avoir un 3e lien pour avoir un service par exemple comparable et des délais comparables aux ponts qu'on a à Montréal, a-t-il déclaré.

François Legault ne comprend pas l’opposition que soulève ce futur axe routier. On peut bien critiquer, mais quelles sont les alternatives? À part chialer, il faut arriver avec une proposition. Pour nous, la nôtre est la meilleure.

Les transports en commun comme solution de rechange

Québec solidaire ne partage pas son point de vue. Madeleine Cloutier, candidate à l'investiture du parti dans Taschereau, prône au contraire les transports en commun. Même discours de la part d'Étienne Grandmont, également candidat à l'investiture de Québec solidaire dans Taschereau.

De son côté, le Parti québécois (PQ) promet de proposer une solution de rechange d’ici le scrutin du 3 octobre.

Il ne s’agit pas d’opposer les automobilistes au transport en commun, mais plutôt de proposer une solution durable, moins coûteuse que celle de la CAQ et qui répondra aux besoins immédiats, déclare Michaël Potvin, candidat pour le PQ dans la circonscription Jean-Lesage.

Des gens marchent au milieu d'une rue avec plusieurs pancartes dans leurs mains.

Les opposants au troisième lien ont marché de la place Jean-Béliveau jusqu'au pôle Saint-Roch.

Photo : Gracieuseté : Accès transports viables

En avril dernier, le gouvernement Legault a présenté une version révisée de son 3e lien. Le coût du projet a baissé de 3,5 milliards de dollars - sa construction est maintenant estimée à 6,5 milliards de dollars.

S’il voit le jour, ce tunnel doit ouvrir à la circulation en 2032.

D'après les informations de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !