•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des recherches à l’ancien pensionnat pour Autochtones de Carcross débuteront cet été

Le bâtiment du pensionnat pour Autochtones de Choolta à Carcross, qui se trouve non loin d'un fleuve et d'une montagne.

Au Yukon, il y a eu quatre pensionnats. Le premier, fondé à Carcross en 1911 et géré par l'Église anglicane jusqu'en 1969, a été démoli en 1993.

Photo : Archives du Centre national pour la vérité et la réconciliation

Radio-Canada

Des recherches de tombes anonymes auront lieu à l’aide d’un géoradar sur le site de l’ancien pensionnat pour Autochtones de Chooutla à Carcross, au Yukon, cet été. Les recherches se dérouleront fin juillet ou début août, en fonction des conditions météorologiques.

Adeline Webber, coprésidente du groupe de travail Chooutla aux côtés de la vice-présidente du Centre culturel Kwanlin Dün Judy Gingell, explique que des élèves de partout au Yukon, du nord de la Colombie-Britannique et des Territoires du Nord-Ouest ont peut-être fréquenté ce pensionnat.

La fondatrice et actuelle vice-présidente du cercle des femmes autochtones de Whitehorse explique que l’homme engagé pour mener ces recherches, et qu’elle ne souhaite pas nommer, a travaillé avec d'autres Premières Nations à la recherche de restes humains dans d'autres anciens pensionnats pour Autochtones à travers le pays.

Adeline Webber dit qu’après la recherche à Carcross cet été, d’autres suivront probablement à partir de l'année prochaine à sept autres endroits où se trouvaient des pensionnats et des foyers sur le territoire. Les explorations sur ces huit emplacements devraient prendre quatre ans.

Les Premières Nations du Yukon ont reçu 435 000 $ du gouvernement fédéral et 595 000 $ du gouvernement du Yukon pour ces recherches, un financement annoncé à la fin de la semaine dernière lors d'un forum intergouvernemental avec des représentants des gouvernements des Premières Nations du Yukon, ainsi que des gouvernements territorial et fédéral.

L'annonce a été faite un an après que la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc eut découvert les restes de 215 enfants à l'ancien pensionnat de Kamloops. Depuis, d'autres restes humains ont été retrouvés dans plusieurs autres anciens pensionnats à travers le pays.

Adeline Webber explique que le chercheur du groupe de travail parcourt les registres scolaires et paroissiaux afin d’avoir une idée du nombre d'enfants décédés à chaque endroit et où ils pourraient être enterrés, y compris à Carcross.

« Il n'y a pas vraiment de cimetière autour de l'école ou quelque chose comme ça. Donc, vous savez, qui sait où ils ont été enterrés? »

— Une citation de  Adeline Webber

Le frère d’Adeline Webber est lui-même décédé au pensionnat de Carcross vers 1942. Adeline Webber et sa sœur ont quant à elles fréquenté l'école baptiste de Whitehorse. Ils auraient pu être enterrés dans le cimetière, mais nous ne le savons pas. C'est pourquoi il est important de bien faire avancer les recherches avant de commencer à faire des recherches au sol.

Le portrait d'Adeline Webber, la présidente du Cercle des femmes autochtones de Whitehorse.

Adeline Webber est la fondatrice et actuelle vice-présidente du cercle des femmes autochtones de Whitehorse.

Photo : Radio-Canada / Wayne Vallevand

Quatre pensionnats et quatre foyers au Yukon

La coprésidente du groupe de travail explique que le groupe a travaillé avec les communautés et a été en contact avec la coroner en chef du territoire, la GRC et les tribunaux pour discuter du processus en cas de découverte de restes humains.

Au Yukon, il y a eu quatre pensionnats. Le premier, fondé à Carcross en 1911 et géré par l'Église anglicane jusqu'en 1969, a été démoli en 1993. Les autres étaient l'école baptiste de Whitehorse, le pensionnat indien anglican d'Aklavik à Shingle Point et le pensionnat St. Paul à Dawson City. À la fin des années 1970, chaque pensionnat avait été fermé.

Selon les Archives du Yukon, le gouvernement territorial a commencé à établir des écoles publiques dans les collectivités et il y a eu un mouvement graduel pour fermer les pensionnats et transférer les élèves dans le système scolaire public.

Mais les écoles publiques n'allaient que jusqu'à la 7e année et les élèves qui voulaient poursuivre leurs études devaient déménager à Whitehorse ou à Dawson City. Trois foyers scolaires, où les élèves vivaient après être allés à l'école publique pendant la journée, ont ainsi été établis à Whitehorse et un à Dawson City.

De nombreux enfants autochtones du Yukon ont également fréquenté l'ancien pensionnat de Lower Post, en Colombie-Britannique, mais Adeline Webber explique que ce site ne fait pas partie de la recherche des Premières Nations du Yukon.

D’après les informations de Michel Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !