•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carlos Leitao quittera la politique

Carlos Leitao et Philippe Couillard.

Carlos Leitao a été un des hommes forts du gouvernement de Philippe Couillard entre 2014 et 2018.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Un des députés les plus connus et les plus respectés du Parti libéral du Québec ne sera pas candidat aux prochaines élections générales. Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, l'ex-ministre des Finances Carlos Leitao annonce qu'il ne sera pas sur les rangs le 3 octobre prochain.

Il affirme qu'il tient ainsi une promesse faite à sa femme en 2014.

« La politique active est terminée. Je m'étais engagé avec ma femme à ne faire que deux mandats. »

— Une citation de  Carlos Leitao, député du Parti libéral du Québec

Le député ajoute que sa décision est prise depuis longtemps.

Il compte toutefois continuer à participer au débat politique, d'abord en contribuant à l'élaboration de la plateforme électorale du Parti libéral, puis en commentant l'actualité.

À l'Assemblée nationale, il y a un cadre plus formel, et à l'extérieur, il y a plus de choses que je puisse dire, confie-t-il, laissant donc entendre qu'il souhaite ainsi retrouver une certaine liberté de parole.

Le ministre de l'austérité?

Carlos Leitao a été ministre des Finances pendant un peu plus de quatre ans, entre 2014 et 2018, une période d'austérité ou de rigueur budgétaire, selon le point de vue.

« Je suis très fier du travail que nous avons accompli. »

— Une citation de  Carlos Leitao

Sans surprise, l'ex-ministre préfère le terme « rigueur ». Je dirais que j'ai été le ministre de la rigueur pour redresser et pour remettre en ordre les finances publiques. Nous avons laissé le Québec très bien outillé pour faire face à la pandémie, lance-t-il.

Il défend aussi les décisions prises à l'époque, notamment la réforme de certaines structures dans le réseau de la santé ainsi que la création des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), une refonte majeure et nécessaire, selon lui.

Un grand regret

Le principal regret de Carlos Leitao est son incapacité à avoir mené la réforme de la fiscalité.

En 2015, le rapport Godbout avait proposé de baisser les impôts des Québécois et d'augmenter les tarifs et les taxes. Une évidence, selon l'ancien ministre, mais un échec, parce qu'il n'a pas réussi à convaincre les partis d'opposition d'aller de l'avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !