•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents invités à partager la culture de leur pays à l’École Félix-Antoine-Savard

Des élèves dans une classe écoutent un père qui parle devant un écran.

Une cinquantaine d'élèves sont issus de l'immigration à Félix-Antoine-Savard. Il y a 24 pays différents à l'école.

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

Radio-Canada

L'École primaire Félix-Antoine-Savard à Chicoutimi accueille une cinquantaine d'élèves issus de l'immigration, pour un total de 24 pays. Pour faire connaître leurs cultures d'origine, une journée leur était dédiée aujourd'hui. Les parents et les élèves ont pu en apprendre davantage sur différents pays.

C'est au son de la musique iranienne que les élèves de l'école Félix-Antoine-Savard se sont initiés à la culture du pays d'un de leur camarade.

Nous avons décidé d'inviter les parents d'élèves issus de l'immigration pour qu'ils puissent parler de leur culture, que ce soit au niveau des danses, de la nourriture, des vêtements, des différents pays, que nous avons ici à Félix-Antoine-Savard pour que nos élèves puissent découvrir de nouvelles cultures, a expliqué Josianne Boily, enseignante en intégration linguistique scolaire et sociale.

Une femme porte une guirlande composées de drapeaux.

Josianne Boily est enseignante en intégration linguistique scolaire et sociale à l'École primaire Félix-Antoine-Savard à Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

Les parents ont pu faire découvrir leur culture. Ils sont ravis de l'initiative de l'école et de l'ouverture d'esprit des élèves.

C'est vraiment bien apprécié, ça fait connaître plusieurs pays, parce qu'il y a beaucoup de diversité à l'école. Donc, ça va vraiment aider les élèves à connaître plusieurs pays, a partagé une mère originaire de Tunisie.

Ça se passe vraiment très bien, j'ai eu beaucoup de questions. On a beaucoup de petits curieux et on était vraiment content d'avoir ces questions-là, a ajouté un père d’origine marocaine.

Je voudrais remercier beaucoup l'opportunité d'être ici pour pouvoir partager un peu de notre culture et notre pays, s’est réjoui un père colombien.

Les élèves ont beaucoup appris de cette immersion.

L'activité, je la trouve vraiment bien, parce que ça peut nous apprendre d'autres pays et ça peut nous enlever des idées mauvaises, a commenté un jeune garçon

Je trouvais que ça nous apprenait de nouvelles choses sur des pays qu'on connaissait moins, a poursuivi une jeune fille.

Je trouve ça très l'fun, on a appris beaucoup de choses sur les pays, a conclu un autre élève.

Une femme pose dans une classe décorée avec des drapeaux.

Sonia Deschênes est la directrice de l'École primaire Félix-Antoine-Savard.

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

Comme il y a une grande diversité dans cette école, une activité du genre prend tout son sens.

On a une cinquantaine d'élèves issus de l'immigration cette année et j'en ai une vingtaine qui sont en train d'apprendre la langue française. [...] On trouvait important que les enfants issus de l'immigration puissent montrer à leurs amis comment c'est important leur pays, comment ils ont des beautés dans leurs pays, a illustré la directrice de l’école, Sonia Deschênes.

Pour faciliter l'inclusion, Félix-Antoine-Savard et plusieurs autres écoles créeront de nouveaux postes au sein du personnel, afin d'accompagner les futurs élèves et leur famille dans le processus de francisation et d'intégration.

D’après un reportage de Kenza Chafik

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !