•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ex-amoureux de Lise Danais a été entendu en cour

Une femme aux cheveux bruns.

Lise Danais est décédée le 26 mars 2019 peu après avoir été trouvée dans un état critique à son domicile.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Le procès de l’adolescent accusé du meurtre de la Franco-Manitobaine Lise Danais se poursuit au palais de justice de Winnipeg. Jeudi, la cour a entendu le témoignage de l’ex-copain de la victime, Lorne Vandersteen.

Lise Danais est décédée le 26 mars 2019 peu après avoir été trouvée dans un état critique à son domicile. Des accusations de meurtre au premier degré ont été portées contre un adolescent en juillet de la même année.

De 2017 à 2019, Mme Danais a eu une relation amoureuse intermittente avec Lorne Vandersteen. Ils travaillaient tous les deux dans le même immeuble.

Lors de son témoignage devant la cour, M. Vandersteen a affirmé connaître l’accusé, qu'il a décrit comme une personne très serviable à l’égard de Lise Danais.

Il a raconté s'être trouvé avec Lise Danais et l’accusé, à la résidence de cette dernière, la veille du meurtre, soit le 25 mars 2019, pour regarder un match de hockey à la télévision.

De son témoignage et des échanges de textos déposés en preuve, il ressort que leur relation était instable en raison de l'insécurité de Lise Danais par rapport aux anciennes fréquentations de M. Vandersteen.

La veille de sa mort, Mme Danais lui avait indiqué par texto qu'elle était heureuse de leur réconciliation et de leur soirée.

Lise Danais avait peur d'un autre homme

Pendant le contre-interrogatoire, la défense a mis l’accent sur les échanges entre Lise Danais et Lorne Vandersteen au sujet d'un homme qui travaillait dans l'immeuble de la victime.

Dans plusieurs messages, Lise Danais exprime des craintes par rapport au comportement de cet homme qui, dit-elle, la harcelait depuis 2018.

Elle dit faire des cauchemars tellement elle a peur. En février 2019, M. Vandersteen lui suggère d’installer des caméras de surveillance chez elle pour se protéger.

Trois jours avant la mort de Mme Danais, M. Vandersteen lui envoie un autre message avec des publicités pour lui proposer de nouveau de s’équiper de caméras de surveillance à la maison.

Mme Danais venait de découvrir des traces de pas d’homme dans sa cour. Sa chienne avait eu un comportement étrange à quelques reprises, comme s’il y avait eu une présence étrangère sur la propriété.

Jeudi matin, la propriétaire et une ancienne employée de la garderie pour chiens Happy Tails Pet Resort & Spa ont également été entendus en cour. Mme Danais utilisait les services de cette garderie pour son animal.

L’accusé s’y était rendu avec la chienne le matin de la mort de Mme Danais.

Les deux témoins ont dit avoir été un peu surprises de le voir mais ont indiqué n’avoir rien noté d’anormal ce matin-là. Il n'y avait pas de traces de sang sur l'animal.

L’accusé du meurtre de Lise Danais ne peut pas être nommé en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

Par ailleurs, Radio-Canada ne révèle pas certains détails de l’affaire afin de ne pas révéler l'identité de cette personne mineure.

Des membres de la famille de Mme Danais soutiennent depuis janvier que ce dernier est innocent.

Avec les informations d'Anne-Charlotte Carignan

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.