•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Règlement « historique » de 1,3 milliard $ entre Ottawa et la nation des Siksika

Le chef de la Première Nation Siksika Ouray Crowfoot, à gauche, et le premier ministre Justin Trudeau, à droite tiennent un document signé.

Le chef de la Première Nation des Siksika, Ouray Crowfoot, à gauche, et le premier ministre Justin Trudeau, à droite, ont participé jeudi à une cérémonie historique de signature d'un règlement de revendication territoriale dans la Première Nation de l'Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Le gouvernement canadien a officialisé jeudi un « règlement de revendication territoriale historique de 1,3 milliard de dollars » avec la Première Nation des Siksika pour les terres qu'il leur a illégalement retirées en 1910.

Nous sommes réunis aujourd'hui pour rectifier un tort du passé, a souligné Justin Trudeau, présent à la cérémonie de signature. Le gouvernement a agi de manière déshonorable [...] en prenant plus de 46 500 hectares de vos terres agricoles et minières les plus riches et les plus productives.

Le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, abonde dans ce sens : Nous savons que ce qui a été perdu représentait davantage que la valeur matérielle de ces terres. La [Nation des Siksika] a perdu l'accès à beaucoup de sites et de pratiques sacrées de sa culture.

Le chef de la Nation des Siksika, Oura Crowfoot, a salué ce geste mais juge cependant que cette indemnisation ne réparera jamais complètement les torts causés par le gouvernement à son peuple.

Le Canada doit arrêter d’utiliser le mot ''réconciliation", a-t-il souligné. Oui, 1,3 milliard de dollars, c’est beaucoup d’argent, mais [ces terres] ne redeviendront jamais ce qu’elles étaient auparavant.

« Il s’agit non seulement de l’argent mais aussi des occasions que cet argent peut susciter. »

— Une citation de  Ouray Crowfoot, chef de la Première Nation des Siksika
Un journée automnale à la Nation des Siksika en octobre 2021.

Le territoire revendiqué par la Nation de Siksika est de plus de 46 500 hectares (Archives).

Photo : Radio-Canada / Leah Hennel

Le chef Crowfoot a déclaré que cet argent servira à lancer de nombreuses initiatives au sein de la Nation des Siksika, notamment des cours de langue pied-noir. Ma mère le parlait couramment [...], mais pas moi, malheureusement, a-t-il témoigné.

Le conseil de bande compte créer un fonds de placement au nom de la Nation des Siksika pour y investir l'indemnisation du gouvernement afin d'établir une véritable souveraineté financière et d'offrir davantage de possibilités à ses membres, a ajouté Ouray Crowfoot.

La Nation des Siksika va distribuer 20 000 $ à chacun de ses membres en juillet grâce à cette indemnisation.

Fin d’une saga

La signature met ainsi fin à une véritable saga de négociations entre Ottawa et la Nation des Siksika. Ce dossier a été déposé au tribunal en 1960 [...]. De nombreux dirigeants et techniciens ont travaillé sans relâche pendant plusieurs décennies pour en arriver à ce jour, a déclaré le chef Ouray Crowfoot.

La Nation des Siksika et le Canada ont ensuite entamé des pourparlers exploratoires en 2008 afin d’éviter de porter cette affaire devant les tribunaux.

La communauté des Siksika a approuvé le règlement proposé après la tenue d’un référendum l'hiver dernier, lors duquel le oui l’a remporté avec 77 % des voix, et ce, avec un taux de participation de 70 %.

Selon le gouvernement, 590 revendications liées aux terres et aux biens des Premières Nations au pays ont été résolues grâce à des accords.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !