•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élisabeth II tout sourire au balcon pour lancer son jubilé de platine

La reine Élisabeth II, au balcon de Buckingham, regarde les troupes défiler.

La reine Élisabeth II, au balcon du palais de Buckingham, regarde les troupes défiler à l'occasion de la cérémonie du « Salut aux couleurs ».

Photo : AFP / JONATHAN BRADY

Radio-Canada

Aux termes d'une première journée de festivités nationales qui ont visiblement réjoui la reine – qui célèbre les 70 ans de son règne –, le palais de Buckingham a fait savoir que la souveraine a dû renoncer « à contrecœur » à assister à la messe prévue vendredi à la cathédrale Saint-Paul de Londres en raison de sa santé fragile.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le palais explique que la reine a beaucoup apprécié la parade d'anniversaire et le défilé aérien d'aujourd'hui, mais a ressenti un certain malaise.

« Compte tenu du voyage et de l'activité nécessaires pour participer au National Service of Thanksgiving de demain à la cathédrale Saint-Paul, Sa Majesté a décidé, à contrecœur, de ne pas y assister. »

— Une citation de  Extrait du communiqué publié par le palais de Buckingham

La souveraine devait assister à cette célébration en compagnie de la famille royale.

Malgré ses 96 ans, la reine Élisabeth II est apparue heureuse et souriante jeudi au balcon du palais de Buckingham, accompagnée de membres de sa famille, pour assister au défilé aérien de la Royal Air Force, en cette première de quatre journées de célébrations de son jubilé de platine.

Soixante-dix avions de combat ont survolé le palais de Buckingham pour souligner les 70 ans de règne de la reine, un record de longévité pour un monarque britannique. Des coups de canon ont également été tirés à Hyde Park et à la tour de Londres pour lui rendre hommage.

Des avions volent en formation pour créer le chiffre 70 dans le ciel.

Des avions volent en formation pour créer le chiffre 70 dans le ciel, lors de la célébration du jubilé de platine de la reine Élisabeth.

Photo : Reuters / PETER NICHOLLS

C'était le point d'orgue très attendu des quatre jours de festivités du jubilé de platine de l'ultrapopulaire souveraine de 96 ans, symbole de stabilité malgré les bouleversements traversés par le pays, appréciée pour son dévouement inlassable, sa neutralité irréprochable et son humour pince-sans-rire.

La souveraine, vêtue d'une tenue mauve et s'appuyant sur une canne, avait déjà été acclamée par une foule dense et colorée de drapeaux quelques moments plus tôt, lorsqu'elle s'est présentée sur le balcon une première fois auprès du duc de Kent pour saluer les participants au défilé militaire « Salut aux couleurs ».

Après le défilé, la reine devait participer en soirée à une cérémonie avec des illuminations depuis le château de Windsor, en périphérie de Londres, où elle réside.

La parade militaire du Salut aux couleurs, à l'occasion du jubilé de la reine.

La parade militaire du Salut aux couleurs.

Photo : Reuters / HENRY NICHOLLS

Jamais aucun souverain britannique n'a régné aussi longtemps qu'Élisabeth II, montée sur le trône à 25 ans le 6 février 1952 à la mort de son père, George VI. Il est peu probable qu'un autre atteigne une telle longévité : Charles, le prince héritier, a 73 ans; son fils William bientôt 40 ans.

Ce long week-end apporte un répit et un moment de communion aux Britanniques après plusieurs années de déchirements autour du Brexit et de stricts confinements dus à la COVID-19, suivis désormais par une inflation historique et le scandale du « partygate ».

C'est peut-être la dernière fois qu'on voit Sa Majesté participer à un événement public, nous voulons montrer notre reconnaissance, a expliqué à l'AFP Gilbert Falconer, 65 ans, venu d'Écosse comme beaucoup d'autres dès le petit matin devant le palais de Buckingham, sous le soleil, pour la parade lançant les festivités jeudi. Elle sera dure à remplacer.

À Londres, des dizaines de milliers de Britanniques en liesse ont célébré le jubilé de platine de la reine Elisabeth II. Les fêtes qui ont commencé ce matin vont se poursuivre pendant 4 jours. Azeb Wolde-Giorghis est sur place.

À cheval, les héritiers d'Élisabeth II, les princes Charles et William, ont défilé dans la fameuse tenue rouge avec long bonnet en poil d'ours pour la traditionnelle parade annuelle, réunissant plus de 1200 soldats et des centaines de musiciens. Leurs épouses respectives, Camilla et Kate, sont arrivées en carrosse avec les trois enfants de cette dernière, George, Charlotte et Louis.

Photographié sur le balcon de Buckingham aux côtés de son grand-père, le prince Charles, de son arrière-grand-mère, la reine Élisabeth, de sa mère Catherine et de sa grande sœur Charlotte, le prince Louis se bouche les deux oreilles.

Le défilé aérien a semblé un peu trop bruyant pour le prince Louis, le plus jeune enfant du duc et de la duchesse de Cambridge.

Photo : Reuters / HANNAH MCKAY

N'ayant plus de fonctions officielles, le prince Harry et Meghan ont assisté à la parade depuis un autre bâtiment pour leur premier retour ensemble au Royaume-Uni depuis leur fracassant départ en Californie, en 2020.

Le prince Andrew, déchu de ses titres militaires et de tout rôle officiel en raison d'accusations d'agression sexuelle et de ses liens avec le défunt délinquant Jeffrey Epstein, n'a pour sa part pas assisté au défilé militaire.

Une transition au ralenti?

Confirmées seulement mercredi soir par le palais, les apparitions d'Élisabeth II, devenue rares, sont très attendues. Sa santé inquiète depuis une nuit à l'hôpital en octobre. Elle a annulé quasiment toutes ses apparitions officielles, remplacée par Charles, y compris pour la première fois en mai pour le discours du trône au Parlement. Ce dernier a d'ailleurs reçu le salut royal au nom de la reine pendant la cérémonie de « Salut aux couleurs »; il s'agissait de la première fois en 70 ans que la souveraine ne le recevait pas elle-même.

Affaiblie depuis la mort de son époux Philippe l'an dernier, elle a du mal à marcher et s'appuie sur une canne. Elle ne montre cependant aucune volonté d'abdiquer et a fait plusieurs apparitions surprises récemment, souriante et détendue.

Dans cette ambiance de fin de règne, la monarchie a traversé plusieurs crises ces dernières années et se trouve face à des critiques croissantes, notamment dans les anciennes colonies, concernant le passé esclavagiste de l'Empire britannique. Après la Barbade l'année dernière, la Jamaïque a indiqué vouloir couper le cordon avec la Couronne pour devenir une république.

J'espère que les prochains jours seront l'occasion de réfléchir à tout ce qui a été accompli au cours des 70 années, tout en regardant l'avenir avec confiance et enthousiasme, a déclaré dans un message écrit la souveraine, cheffe d'État de 15 pays, du Royaume-Uni au Canada en passant par la Nouvelle-Zélande.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a félicité la cheffe d'État pour ses sept décennies de service inébranlable au profit du peuple britannique et du Commonwealth.

Des leaders internationaux ont également tenu à féliciter la souveraine pour son jubilé de platine.

Le président des États-Unis Joe Biden (Nouvelle fenêtre) l'a remerciée pour son dévouement et son rôle constructif dans les relations anglo-américaines, alors que le président français Emmanuel Macron (Nouvelle fenêtre) a fait de même pour la relation entre la France et le Royaume-Uni.

La reine reste d'ailleurs choyée par ses sujets britanniques, avec 75 % d'opinions favorables selon l'institut YouGov, mais son héritier Charles est bien moins apprécié (50 %). Les jeunes sont plus partagés que leurs aînés sur la monarchie, et, tous âges confondus, seuls 39 % des Britanniques pensent que l'institution existera encore dans 100 ans.

Images de la cérémonie des « Saluts aux couleurs »

Samedi, la reine manquera le prestigieux Derby d'Epsom, selon la presse, malgré sa passion pour ces courses hippiques.

Un grand concert, que la reine devrait regarder à la télévision, suivra au palais de Buckingham en soirée, avec 22 000 personnes, et parmi les têtes d'affiche, on retrouve Alicia Keys, Queen et Adam Lambert et Diana Ross.

Dimanche, 10 000 personnes défileront dans le centre de Londres. Surtout, des millions de Britanniques participeront à des milliers de déjeuners de quartier et fêtes de rues, rares moments de communion pour rendre hommage à une souveraine qui a traversé, imperturbable, les époques et les crises.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, BBC, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !