•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début des plaidoiries au procès intenté par Drummondville contre Québec

Une porte fermée de salle d'audience.

C'était le début des plaidoiries au procès intenté par la Ville de Drummondville contre le gouvernement du Québec dans le dossier du lieu d'enfouissement de Waste Management.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

C'était le début des plaidoiries mercredi au procès intenté par la Ville de Drummondville contre le gouvernement du Québec dans le dossier du lieu d'enfouissement de Waste Management.

La Ville veut faire tomber la Zone d'intervention spéciale (ZIS) créée par le ministre de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, Benoît Charette, l'an dernier. Celle-ci permet à la multinationale américaine d'aménager et de poursuivre l'exploitation de son site du secteur Saint-Nicéphore pour encore 10 ans. 

La décision reste toujours impopulaire pour de nombreux citoyens, qui se sont déplacés au palais de justice. Le gouvernement s’est donné un tel pouvoir qui passe par-dessus tous les pouvoirs de la Ville et l’acceptabilité sociale, a déploré Berthe Tessier, qui faisait partie de ces Drummondvillois. 

Selon Québec, cette ZIS représentait l'unique option pour préserver la salubrité publique des conséquences d’une fermeture.

L'avocat de la Ville, Me Louis Béland, a toutefois fait valoir dans sa plaidoirie que le ministère de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques n'a rien fait pour trouver des solutions de rechange au fil des ans. À son avis, le Gouvernement du Québec a pris une décision déraisonnable et a exercé son pouvoir de mauvaise foi en fonction de considérations hypothétiques en créant cette ZIS. C'est aussi l'avis de nombreux résidents. 

Ils ne font rien pendant des années pour penser à des solutions à long terme, et tout d’un coup, ils nous décrètent une urgence, soutient Évelyne Millien, l’une d’entre elles. 

Un décret pas d’un an, trois ans, cinq ans, mais dix ans, basé sur une supposée crise sanitaire, ajoute Bérard Fréchette, un autre opposant. 

Les avocats du Gouvernement du Québec devraient amorcer leurs plaidoiries jeudi au palais de justice de Drummondville. Le procès doit prendre fin vendredi. Une décision pourrait tomber dans quelques semaines. 

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...