•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

125 000 résidents de Terre-Neuve-et-Labrador seraient sans médecin de famille

Un médecin tape sur l'écran de son téléphone cellulaire.

Il y aurait plus de gens sans médecin de famille que l'année dernière à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : iStock / Halfpoint

Radio-Canada

Le quart de la population de Terre-Neuve-et-Labrador n’aurait pas de médecin de famille, s’il faut en croire un sondage commandé par l’association médicale de la province.

Selon le coup de sonde de Narrative Research, environ 24 % des résidents de la province n’ont pas de médecin de famille.

Le problème serait particulièrement aigu dans le centre de Terre-Neuve, où ce serait 37 % de la population. Dans les secteurs couverts par la Régie de santé de l’Ouest et par celle de Labrador-Grenfell, 31 % des citoyens n’auraient pas de médecin.

Le sondage a été mené par Narrative Research du 5 mai au 24 mai 2022, auprès d'un échantillonnage aléatoire de 400 personnes de 18 ans et plus résidant à Terre-Neuve-et-Labrador. La marge d'erreur est de plus ou moins 4,9 %, 19 fois sur 20.

Une situation qui dégénère

Avec 125 000 résidents sans médecin de famille, la situation s’aggrave d’année en année, affirme la Dre Susan MacDonald, présidente de l’Association médicale de Terre-Neuve-et-Labrador.

C’est 5 % de plus que ce que l’ordre professionnel avait estimé l’été dernier.

La Dre Susan MacDonald répond à une question.

Susan MacDonald est présidente de l'Association médicale de Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Tous les chiffres étaient là, et rien ne s’est passé, s’est offusquée la Dre MacDonald, mercredi. Elle a décoché des flèches envers le gouvernement.

Personne n’a vraiment prêté attention à cette crise. Nous savions qu’elle allait arriver, et nous l’avons répété au gouvernement pendant des années et des années et des années, a-t-elle déclaré.

Ce n’est pas tout à fait exact. Le gouvernement provincial a récemment posé certains gestes, mais le Dr John Haggie, qui est ministre de la Santé, prévient que les programmes qui visent à neutraliser cette pénurie de médecins ne règleront pas le problème en un jour.

Je crois qu’il est prématuré de dire que les choses ne marchent pas, a déclaré le Dr Haggie.

La Dre Susan MacDonald ne contredit pas le ministre sur cette question, mais elle martèle que le gouvernement libéral a attendu des années avant de reconnaître le fait qu’une crise se dessinait.

De son côté, le premier ministre Andrew Furey soutient que l’entrée en poste, au début de cette semaine, d’un sous-ministre responsable du recrutement et de la rétention des travailleurs de la santé devrait faire évoluer les choses à court terme.

Nous avons écouté, nous avons entendu, nous avons agi et nous continuerons de le faire, s’est défendu le chirurgien orthopédique, qui est devenu premier ministre à la fin de l’été 2020.

Le ministre Haggie a vanté mercredi le nouveau système qui va jumeler des personnes sans médecin de famille à une équipe de médecine collaborative dans leur région.

John Haggie.

John Haggie est le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Déjà, 13 000 personnes se sont inscrites à cette initiative, baptisée Patient Connect NL, mais elle n’existe que dans les régions sous la responsabilité de la Régie de la santé de l’Est.

Le programme sera étendu au reste de Terre-Neuve d’ici trois semaines, affirme maintenant le ministre Haggie, mais il n’a pas dit quand les gens du Labrador y auraient accès.

Aide urgente nécessaire en région rurale

La présidente de l’association médicale, Susan MacDonald, appelle quant à elle à une action rapide dans les régions rurales, où l’on trouve, dit-elle, les gens les plus malades de la province.

Elle prévient d’un fardeau économique beaucoup plus lourd si rien n’est fait.

Ce ne sont pas des cas faciles à gérer. Ils sont sur plusieurs médications. Ça ne prend pas grand-chose pour que ces personnes prennent un mauvais tournant et se retrouvent à l’hôpital ou dans un centre de soins tertiaires à Saint-Jean, où les soins sont beaucoup, beaucoup plus dispendieux, dit la Dre MacDonald.

Le chef de l’opposition, David Brazil du Parti progressiste-conservateur, a quant à lui appelé les libéraux à mettre en place davantage de mesures qui amélioreraient à court terme l’accès aux soins de santé primaires.

Avec des renseignements de Mark Quinn, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !