•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autre proche du tueur à gages Frédérick Silva abattu à Laval

Une autopatrouille délimite une scène de crime.

La victime a été tuée par balle sur le boulevard des Laurentides, dans le quartier Vimont, à Laval, mercredi soir.

Photo : Radio-Canada / Alain Béland

Un homme a été tué par balle sur le boulevard des Laurentides, dans le quartier Vimont, à Laval, mercredi soir. Selon ce qu’a appris Radio-Canada, il s’agit de Bernard Cherfan, considéré par les policiers comme un proche de Frédérick Silva, récemment condamné pour trois homicides.

Cherfan avait échappé à une tentative de meurtre, toujours à Laval, en juin 2015. Mercredi, vers 20 h, il a été atteint mortellement à la tête par un projectile d'arme à feu. Son décès a été constaté à l'hôpital.

Après le meurtre de Sébastien Giroux, le 11 mai, Cherfan est le deuxième présumé membre de la garde rapprochée de Silva à être tué en quelques semaines.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) le soupçonne d'avoir aidé Frédérick Silva à se cacher après sa tentative de meurtre ratée contre Andrew Scoppa, un chef de clan de la mafia, en février 2017, dans un immeuble du centre-ville de Montréal.

Toujours selon nos informations, Cherfan était considéré comme le chef d'une cellule liée au crime organisé libanais. Nos sources le décrivent comme un importateur de drogue, un trafiquant, un fraudeur, un prêteur usuraire et un spécialiste du blanchiment d'argent.

Il était particulièrement actif à Laval.

La Sûreté du Québec a la responsabilité de l’enquête criminelle sur ce meurtre.

Un homme de 42 ans lié au crime organisé a été assassiné en pleine heure du souper sous les yeux de plusieurs clients, dont de jeunes enfants, hier soir dans un restaurant de Laval. Reportage de Pascal Robidas

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.