•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centaine de filles bougent et s’amusent à la Célébration Fillactive

Des filles sur la ligne de départ d'une course.

Les participantes à la Célébration Fillactive sur la ligne de départ pour la course ou marche de cinq kilomètres.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Près d’une centaine d’adolescentes ont pris part à la Célébration Fillactive, mercredi, au camp Dudemaine, dans le secteur d’Amos.

L’événement festif vient clôturer une année d’entraînement convivial qui veut donner le goût aux filles de bouger plus. On retrouve six Célébrations Fillactive au Québec, dont celle d’Amos qui réunissait des élèves de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec.

Fillactive célèbre son 15e anniversaire cette année. Ça a vraiment été créé pour répondre à la problématique du décrochage sportif et actif des filles de 12 à 17 ans. On s’intéresse à ce groupe de filles parce qu’elles ont leurs particularités, elles ont leurs intérêts et elles ont leurs barrières qui leur sont propres, qui les empêchent si l’on veut d’être suffisamment actives pour en retirer les bienfaits. Ce qu’on fait avec nos partenaires, c’est de les aider à contourner ces barrières, explique Kim Marois, directrice, programmes et opérations chez Fillactive.

Des filles courent en forêt.

Le point culminant de l'entraînement de la dernière année demeure la course ou la marche de 5 kilomètres, que les participantes ont pu effectuer dans un sentier du camp Dudemaine.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Dans la région, ce partenaire est Loisir et Sport Abitibi-Témiscamingue, qui offre son soutien à huit écoles secondaires qui participent au programme. Durant l’année scolaire, les filles inscrites au programme font de l’activité physique ensemble. Le point culminant de cette année d’entraînement à l’heure du dîner est la Célébration Fillactive.

On accueille aujourd’hui six écoles secondaires avec l’ensemble des participantes qui ont travaillé fort depuis le début de l’année scolaire, qui ont participé à des entraînements vraiment variés dans l’objectif de demeurer en forme et de prendre plaisir à l’activité physique. Il y a une course ou marche de cinq kilomètres, mais on va aussi leur faire vivre différentes activités d’initiation. On a une station de fat bike [vélo à pneus surdimensionnés], du yoga, du tir à l’arc, du cross training [entraînement en parcours], du Spikeball, etc. On touche un peu à tout pour qu’elles prennent plaisir à bouger et célébrer tous les efforts qu’elles ont mis durant toute l’année, fait valoir Karine Bisson, coordonnatrice régionale de Fillactive.

Karine Bisson.

Karine Bisson est coordonnatrice régionale de Fillactive.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Du plaisir, pas de compétition

Et surtout, c’est l’élément essentiel de Fillactive, tout se déroule dans le plaisir, en toute convivialité.

C’est vraiment ça l’idée, de faire vivre l’activité physique aux filles dans une ambiance sociale, parce qu’on sait que c’est ça qui rassemble les adolescentes autour de l’activité physique. Donc, il n’y a aucune compétition, jamais de chronomètre. C’est axé sur le bien-être, les bienfaits reliés à l’activité physique, souligne Karine Bisson.

Une formule qui rejoint Mélyann Filiatrault, une élève de La Polyno de La Sarre.

Je me suis inscrite parce que c'est des activités entre filles et que ça m’intéressait de faire du sport sur l’heure du midi, vu que c’est principalement ça qui me raccroche à l’école. Je faisais déjà du tir à l’arc, mais j’ai essayé le vélo et j’ai beaucoup aimé. Je veux essayer le Spikeball. Je trouve ça le fun comme journée, j’ai hâte de courir, confie-t-elle.

Deux participantes de Fillactive sourient.

Mélyann Filiatrault et Léa Gélinas, toutes deux de l'école secondaire La Polyno de La Sarre

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Léa Gélinas, une autre élève de La Polyno, trouve aussi son compte avec Fillactive. 

Je trouve que c’est vraiment une bonne idée de faire un groupe de filles. Souvent, quand il y a des gars, il y a de la compétition. Là, vu que c’est juste des filles, c’est vraiment plus relax. Aussi, j’aime vraiment courir, j’aime le sport et c’est vraiment une belle façon d’en faire à l’école, estime-t-elle.

Elle se réjouit aussi de la variété des activités offertes à la Célébration Fillactive.

Le but, c’était vraiment de venir courir le 5 kilomètres, mais qu’il y ait plein d’activités autour, je trouve ça vraiment le fun. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait tout ça aujourd'hui. Ça ouvre des portes. Je ne fais pas du vélo ou de l’arc chez nous. C’est vraiment le fun à essayer, affirme Léa Gélinas.

Alexandre Dupuis initie une fille au tir à l'arc.

Alexandre Dupuis, vice-président du Club des archers d'Amos, a initié plusieurs participantes au tir à l'arc.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Première depuis 2019

Si Fillactive a maintenu ses activités à distance durant la pandémie, il s’agit de la première célébration en présentiel depuis celle de La Sarre en 2019.

On continuait d’accompagner les écoles pour que les filles demeurent actives, mais c’est un grand retour en présentiel pour les Célébrations Fillactive. C’est un grand privilège pour nous d’être là, c’est la première fois qu’on se rassemble depuis trois ans. On est vraiment contentes de pouvoir faire vivre ce moment de bonheur aux filles et, avec un peu de chance, elles demeureront actives pour plusieurs années, conclut Kim Marois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !