•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

25 ans plus tard, le pont de la Confédération reste une prouesse d’ingénierie

Le pont de la Confédération à l'Île-du-Prince-Édouard, en janvier 2021.

Le pont de la Confédération a été inauguré le 31 mai 1997.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Vingt-cinq ans après sa construction, le pont de la Confédération demeure une référence en matière de génie civil, dit Bruno Massicotte, un professeur dans ce domaine de recherche à l'École Polytechnique de Montréal.

Le pont qui établit le lien entre l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick a été inauguré le 31 mai 1997.

« Au moment où cela a été construit, la construction du pont de la Confédération était le plus grand chantier au monde. »

— Une citation de  Bruno Massicotte, professeur en génie civil à l'École Polytechnique
Vue du pont de la Confédération en hiver

Le pont de la Confédération a été inauguré le 31 mai 1997

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Pour Bruno Massicotte, quelques facteurs ont contribué à ce que le pont de la Confédération devienne une référence dans le domaine.

La rapidité avec laquelle le pont a été construit en est un. Il a fallu quatre ans pour finaliser la construction, entre 1993 et 1997.

Un pont de cette ampleur-là aurait pris beaucoup plus de temps, deux fois plus de temps , souligne le professeur.

Bruno Massicotte donne une entrevue par Zoom.

Bruno Massicotte, professeur en génie civil à l'École Polytechnique de Montréal compare le pont de la Confédération à d’autres grandes constructions phares, comme le Golden Gate aux États-Unis.

Photo : Zoom

Il explique que la méthode de construction – qui préfabrique les différentes parties pour après les assembler sur place – et les ressources déployées à l’époque ont accéléré le processus.

Environ 5000 personnes ont travaillé dans ce chantier de construction, selon Strait Crossing Bridge, la société qui gère le pont.

La conception novatrice

Le pont de la Confédération reste le plus long pont qui enjambe des eaux glacées au monde, avec une longueur de 12,9 km.

La technologie utilisée pour construire le pont a fait la différence pour assurer que la structure soit robuste et durable, selon le professeur Bruno Massicotte.

Les piliers en béton à la base du pont.

Des boucliers en béton fixent les piles du pont de la Confédération dans l'eau (archives).

Photo : Getty Images / Joe Kani

Le pont de la Confédération est un pont en béton compressé dont les poutres sont à une hauteur variable, ce qui donne un effet visuel d’un pont arqué à l’horizon, explique le professeur.

Des boucliers massifs en béton protègent la base des piles du pont qui sont fixées dans des eaux profondes.

Du béton de haute performance qui pèse jusqu’à 7 500 tonnes a été utilisé pour tenir le pont debout.

C’est un pont où on avait utilisé des matériaux avec une durabilité accrue. À cette époque, c’était le meilleur béton qu’on pouvait faire , ajoute le Bruno Massicotte.

Pat Binns pose pour la photo.

Pat Binns a été le premier ministre de l'île lors de l'inauguration du pont. Il était au pouvoir entre 1996 et 2007.

Photo : Radio-Canada / Mitch Cormier

D’autres options de construction

Selon Pat Binns, le premier ministre de l’île à l’époque, d’autres idées de construction pour le lien fixe entre l’île et le continent avaient été considérées, notamment la possibilité de créer un tunnel.

Le professeur Bruno Massicotte explique néanmoins qu’un tunnel aurait été une option moins intéressante.

Ce type de construction ne permet pas de transporter des matières dangereuses, comme le pétrole, précise-t-il.

Le professeur ajoute qu’il fallait alors maintenir un service de traversier pour ce type de transport, si on avait opté pour la construction d’un tunnel.

Une autre option serait le pont haubané qui compte moins de piles dans l’eau, selon Bruno Massicotte.

Photo aérienne du pont à haubans Sungai Johor.

Le pont Sungai Johor, qui enjambe la rivière Johor en Malaisie, est un exemple de pont haubané (archives).

Photo : Unsplash / chuttersnap

La distance entre les piles est plus grande dans ce modèle que dans celui adopté au pont de la Confédération.

Bruno Massicotte souligne néanmoins qu’il y aurait quelques contraintes avec ce type de modèle.

Le pont haubané a été considéré, et probablement rejeté pour des questions de coûts ou de temps de construction, précise l’expert en soulignant que le modèle choisi dans les années 1990 a été la meilleure option à l’époque.

Construire le même pont aujourd’hui

Pour Bruno Massicotte, le modèle du pont de la Confédération reste une bonne option pour ce type de construction, même aujourd'hui.

« 25 ans plus tard, fort probablement qu’aujourd’hui, on aurait un style de pont assez similaire à celui qui a été choisi à l’époque. »

— Une citation de  Bruno Massicotte, professeur en génie civil à l'École Polytechnique

Il souligne néanmoins que les matériaux utilisés à l’heure actuelle seraient encore plus résistants que ceux datant des années 1990.

Le béton, les aciers qu’on utilise dans les ponts sont de meilleure qualité […] même si à l’époque on utilisait les meilleurs matériaux disponibles, explique-t-il.

Le professeur compare le pont de la Confédération à d’autres grandes constructions ailleurs dans le monde.

Ça fait un ouvrage exceptionnel, comme le pont de Québec en était un en 1917, comme Golden Gate et le Brooklyn Bridge aux États-Unis. Il y a quelques ponts phares dans l’histoire, et le pont de la Confédération en est un, dit-il.

Encore en bon état

Pour Michel LeChasseur, le directeur général de Strait Crossing Bridge, la structure du pont reste dans de très bonnes conditions 25 ans plus tard.

La structure en tant que telle, le béton, l’acier, les câbles tout est en excellente santé, comme neufs, souligne le directeur.

Michel LeChasseur dans son bureau

Michel LeChasseur est directeur général de Strait Crossing Bridge, depuis l'inauguration du pont de la Confédération en 1997.

Photo : CBC/Steve Bruce

La couche de bitume du pont de la Confédération devra être refaite en 2025.

Une procédure normale, selon Michel LeChasseur. C’est comme changer les freins de ton automobile, ajoute-t-il.

Avec des informations de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !