•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrains contaminés dans Limoilou : une chance de verdir « qui ne reviendra pas »

La Ville de Québec ferme toutefois la porte à l'acquisition des quatre terrains d'Hydro-Québec.

Vue aérienne d'un quartier urbanisé.

Les terrains, en plein coeur d'un secteur résidentiel, occupent une superficie de plus de 2500 mètres carrés.

Photo : Radio-Canada

Le conseil de quartier du Vieux-Limoilou demande à la Ville de Québec de revenir sur sa décision et d'acheter les terrains contaminés d'Hydro-Québec, situés près de la rivière Saint-Charles. Il espère la création d'espaces verts pour bonifier la canopée, mais ne s'opposerait pas à y voir du logement social.

Radio-Canada rapportait cette semaine la suspension de la vente de quatre lots appartenant à Hydro-Québec, entre la 2e Rue et la rue des Sables, au sud du Vieux-Limoilou. La découverte d'hydrocarbures pétroliers a en effet freiné le processus mis en branle après le démantèlement des pylônes formant une ancienne ligne de transport d'électricité.

La société d'État évalue maintenant ses options pour la décontamination et devra produire de nouvelles études afin d'en estimer les coûts. Au total, la superficie couverte par les terrains fait 2500 m2 et la quantité d'hydrocarbures enfouis demeure inconnue.

Une fois ces travaux terminés, Hydro-Québec décidera si elle décontamine. Dans tous les cas, elle remettra vraisemblablement les lots en vente, décontaminés ou non, en ajustant le prix en conséquence.

Une clôture de fer sur laquelle est apposée une affiche mentionnant la présence d'un terrain privé et propriété d'Hydro-Québec.

La vente de quatre terrains d'Hydro-Québec est suspendue depuis plus de deux ans dans le Vieux-Limoilou après la découverte d'hydrocarbures pétroliers.

Photo : Radio-Canada / David Rémillard

Rare occasion

Avant le processus d'appel d'offres public lancé après le démantèlement de 2018, les terrains en question avaient été offerts à la Ville de Québec, qui n'en a pas voulu.

Le conseil de quartier du Vieux-Limoilou lui demande aujourd'hui de revoir sa décision. La mise en vente des terrains, bien qu'ils soient contaminés, représente à son avis une rare occasion de bonifier la canopée du quartier, d'améliorer la qualité de l'air et d'offrir des espaces verts aux résidents du secteur.

Un homme portant des lunettes discute en entrevue depuis une rue de la ville de Québec.

Raymond Poirier croit que des occasions pareilles ne se représenteront plus de sitôt dans le quartier Vieux-Limoilou.

Photo : Radio-Canada

Considérant d'un côté les enjeux de contamination, et de l'autre considérant aussi les besoins en matière de canopée, ça nous semblait intéressant d'explorer l'option d'utiliser ces terrains-là comme îlot de fraîcheur, comme support à la canopée et de saisir l'opportunité de verdir de façon importante, explique Raymond Poirier, président du conseil de quartier.

« Il n'y aura pas d'autre opportunité comme ça et on croit qu'il faut la saisir. »

— Une citation de  Raymond Poirier, président du conseil de quartier du Vieux-Limoilou

Selon M. Poirier, le secteur sud du Vieux-Limoilou présente un déficit de canopée. Il ajoute que ce verdissement permettrait de donner un peu de répit à ce secteur qu'il juge sous pression en raison des activités portuaires et industrielles à proximité.

L'occasion est aussi belle, selon lui, de permettre une percée du parc linéaire de la rivière Saint-Charles à l'intérieur du quartier.

Pour le moment, l'administration municipale ne prévoit pas changer sa position sur les terrains d'Hydro-Québec. Ce n’est pas dans les plans de la Ville de faire l’acquisition de ces terrains qui sont contaminés. Pour l’instant, il n’y a pas de projets municipaux projetés sur ces terrains qui appartiennent à Hydro-Québec, a indiqué le cabinet du maire Bruno Marchand.

Plan d'aménagement réclamé

Le conseil de quartier du Vieux-Limoilou avait adopté des résolutions en ce sens en 2019 lors de la mise en vente des terrains par Hydro-Québec.

Cette volonté a été renouvelée récemment et le conseil espère qu'elle apparaîtra dans les plans d'aménagement de la Ville. Nous, on souhaite qu'elle change d'idée et on souhaite qu'il y ait un plan plus large d'aménagement pour le sud du quartier. Ça fait plusieurs années qu'on le demande, dit M. Poirier.

Ce dernier espère que la Ville tiendra cette réflexion en parallèle de celle sur le tramway afin de se concentrer sur les besoins spécifiques de la population du sud du Vieux-Limoilou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !