•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ frappe un réseau de revente d’armes à feu illégales lié aux gangs de rue à Montréal

Deux policiers devant une boîte contenant ce qui semble être des armes à feu.

La police a saisi plusieurs armes à feu prohibées.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Une centaine de policiers de l’Équipe intégrée de lutte contre le trafic d’armes (EILTA) ont frappé à quatre adresses pour démanteler un réseau de distribution d’armes à feu qui fournissait le milieu des gangs de rue du nord-est de Montréal.

Les policiers ont mis en état d’arrestation Jérémie Lamontagne et Jonathan Lavigne à Delson, Marc-Antoine Lefebvre à Longueuil, puis Daniel Charleus dans le Vieux-Montréal.

Tous les suspects seront accusés cet après-midi au palais de justice de Longueuil avec une kyrielle de chefs d’accusation en lien avec le trafic d'armes à feu illégales.

L’opération menée ce matin aura un impact direct sur la circulation des armes à feu dans les rues de Montréal. Le groupe de suspects s’occupait d’acquérir des armes à feu de tout genre et les revendait à quiconque en voulait sur l’île de Montréal, a expliqué une source policière proche de l’opération.

Selon nos informations, l’enquête aurait démontré que Jérémie Lamontagne était le principal suspect dans ce réseau de distribution d'armes à feu. Son présumé complice, Daniel Charleus, servait de contact pour vendre des armes de poing à Jean-Philippe Célestin, un chef de gang de rue montréalais notoire, et qualifié de violent par nos sources policières au SPVM et à la SQ.

De l’aveu de ces mêmes sources, Célestin, arrêté dans le cadre de l’opération policière NOVAS il y a quelques années, serait redevenu particulièrement actif au centre-ville de Montréal depuis qu’il a terminé de purger sa peine de prison.

C’est un chef de gang dangereux et influent. Au cours de son incarcération, c’est lui qui dirigeait le marché illicite à l'intérieur des murs, a ajouté une autre source policière qui avait participé à l’enquête en 2017.

Deux policiers et deux voitures de police devant une maison.

Une centaine de policiers de l’Équipe intégrée de lutte contre le trafic d’armes (EILTA) ont participé à l'opération policière.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Compte tenu de la revente de ces armes à feu à Montréal dans les derniers mois, les quatre suspects sont soupçonnés d’avoir fourni des armes impliquées dans des événements violents qui ont fait la manchette dans les derniers mois.

La mairesse de Montréal se réjouit

La mairesse Valérie Plante, engagée dans la lutte contre la violence armée, se réjouit de l'opération menée par la SQ contre le trafic d'armes à feu.

Depuis le début de l'année, son administration a mis en place un Forum pour bâtir des ponts entre différents partenaires impliqués dans la même cause et a confirmé l'embauche de Martin Prud'homme comme responsable de la sécurité publique.

Ça démontre le travail incroyable des policiers. Ça démontre aussi à quel point tout est déployé sur le terrain pour saisir ces armes-là, pour ne pas qu'elles se retrouvent entre les mains des jeunes et dans nos communautés, a commenté Valérie Plante, la mairesse de Montréal.

« L'opération policière démontre l'importance d'avoir une loi fédérale pour bannir à jamais les armes de poing à travers le pays. Quand ils enlèvent les guns, ils ne reviennent pas après. Plus la loi sur les armes à feu est sévère, plus elle donne des outils à nos policiers. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal
La mairesse Valérie Plante a salué la frappe policière contre un réseau de revente d'armes illégales à des gangs de rue à Montréal.

La mairesse Valérie Plante a salué la frappe policière contre un réseau de revente d'armes illégales à des gangs de rue à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Huit perquisitions sont prévues d’ici la fin de la journée.

L'opération s'inscrit dans la stratégie provinciale CENTAURE, qui vise à neutraliser le trafic d'armes à feu et autres activités criminelles au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !