•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival international du conte invite à voyager dans le monde de la francophonie

Chargement de l’image

Janine Tougas coordonne le Festival international du conte de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

En partenariat avec le Théâtre Cercle Molière et le Centre de la francophonie des Amériques, le Festival du conte international de Winnipeg présente jusqu’au 30 juin 39 contes du Manitoba et des Plaines de l’Ouest, du Panama, de l’Acadie, de la Martinique, du Grand Nord et du continent de l’Afrique.

Les contes et vidéos sont accessibles sur le site Internet du festival. Le format virtuel permet de faire venir des contes du monde entier.

Quatre contes métis sont également disponibles à l’écoute dont le conte du castor qui a la queue plate narrée par Paulette Dugay.

Le volet francophone du festival international du conte, Le Jardin de contes au printemps, a pour mission de valoriser la langue et l’apprentissage de la langue française.

Cette année, on a six différents contes pour des enfants de la maternelle à la 3e qui apprennent le français comme langue seconde ou des enfants de la 4e à la 8e qui apprennent le français comme langue seconde dans une école anglaise, explique Janine Tougas, coordinatrice du festival.

Chacun de ces contes font partie d’une série intitulée J’ai faim.

Il s’agit d’un petit monstre qui va partout dans le monde pour manger : il mange la poutine au Québec, il mange du homard en Acadie, il mange du couscous en Algérie, du fromage en France, du chocolat en Suisse, des moules et des frites en Belgique et la galette métis ici…, raconte Janine Tougas.

« Ce petit monstre est vraiment gourmand, mais en même temps il nous montre que partout dans le monde, il peut commander en français.  »

— Une citation de  Janine Tougas, coordinatrice du Festival international du conte de Winnipeg

Ces histoires sont animées par des marionnettes de papier de l'artiste franco-manitobaine Marie-Ève Fontaine. Elles sont accompagnées de la voix de Martial Tougas pour l'habillage sonore.

Des fiches pédagogiques sont également téléchargeables pour chacune de ces histoires. Il s'agit d' un outil précieux pour les enseignants et pour les enfants qui font l’école à la maison, précise Janine Tougas.

« Il y a cette intention de faire connaître le français et de montrer que le français est partout dans le monde. »

— Une citation de  Janine Tougas, coordinatrice du Festival international du conte de Winnipeg

Selon elle, le conte apporte également une dimension symbolique à l’adulte qui l’écoute.

Écouter une histoire, ça nous change. On s’ouvre l’esprit, on ouvre le cœur, on s’approprie une histoire. Toutes les 39 histoires ont des messages d’espoir et d’ouverture aux autres, autres cultures. Cela ne nous ramène pas seulement à notre enfance, mais aussi à notre essence, confie Janine Tougas.

« Pour connaître un peuple, apprends à connaître ses histoires.  »

— Une citation de  Janine Tougas, coordinatrice du Festival international du conte de Winnipeg

Le festival international de Winnipeg a lieu en ligne chaque année depuis le début de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !