•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rio Tinto et Alcoa préparent des investissements majeurs, selon Pierre Fitzgibbon

Le ministre Fitzgibbon prend la parole à l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Rio Tinto et Alcoa prépareraient le terrain à des « investissements majeurs » au Québec en lien avec la technologie Elysis, selon le ministre de l’Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon. L’ajout de cuves AP60 par Rio Tinto pourrait ainsi être délaissé au profit du procédé de fabrication d’aluminium sans émission de carbone, selon un scénario évoqué par le ministre.

La multinationale étudie actuellement différents projets d’investissement, a-t-il indiqué lors de la période de questions mardi, alors que Rio Tinto a annoncé au milieu du mois suspendre son projet d’ajout de 16 nouvelles cuves AP60 au Complexe Jonquière.

Rio Tinto avait alors mentionné dans une note interne vouloir repousser l’échéancier du projet annoncé en novembre afin d’étudier l’ajout potentiel d’autres cuves.

L’ajout de cuves AP60 serait plutôt réévalué par Rio Tinto, a soutenu le ministre Fitzgibbon, qui a mentionné revenir d’un voyage à l’extérieur du pays où il a rencontré le président du géant minier anglo-australien.

Il [Rio Tinto] pourrait, comme il sait très bien, augmenter les fameuses cuves AP60. Mais en même temps, il regarde que peut-être qu'il y a une meilleure technologie pour être plus carboneutre parce que Rio Tinto, comme Alcoa, sont commis à devenir carboneutres dans un environnement, au Québec, qui est très propice, a-t-il répondu au député de Jonquière Sylvain Gaudreault, à la suite de la sortie d’anciens cadres d’Alcan qui estiment que Rio Tinto ne respecte pas ses engagements.

« Donc, présentement, l'analyse qui est faite, c'est de voir, est-ce qu'on fait x AP60 ou on attend pour faire Elysis qui va être un projet qui va être à peu près de 1 milliard par aluminerie. »

— Une citation de  Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie

Des voix se sont élevées au Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis la sortie des anciens cadres, afin de réclamer des investissements majeurs de Rio Tinto en contrepartie des avantages hydroélectriques dont bénéficie l’entreprise, alors que le certificat d’autorisation environnemental des cuves précuites d’Arvida arrive à échéance en 2025.

Le ministre Fitzgibbon a assuré à ce sujet que Rio Tinto, aujourd'hui, respecte ses engagements.

Le député Sylvain Gaudreault a de son côté déploré mardi lors de la période de questions qu’une entreprise étrangère s'approprie notre ressource naturelle renouvelable en gardant au minimum les retombées pour le Québec, et ce, pour le grand bénéfice de seuls ses actionnaires.

Sylvain Gaudreault critique le budget dans un couloir de l'Assemblée nationale.

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault

Photo : Radio-Canada

Lors de l’annonce de l’ajout de 16 cuves AP60 en novembre, Sébastien Ross, directeur exécutif des opérations Atlantique de Rio Tinto Aluminium, avait soutenu que tous les scénarios pouvaient être envisagés pour l’aluminerie, sans toutefois évoquer une possible suspension du projet AP60.

Rio Tinto et Alcoa ont fondé la coentreprise Elysis en 2018, avec le soutien de Québec et d’Ottawa. L’entreprise avait alors annoncé vouloir commercialiser en 2024 le procédé de fabrication d’aluminium sans émission de carbone.

Le panneau à l'entrée de l'aluminerie Rio-Tinto à Arvida.

Rio Tinto a annoncé plus tôt en mai suspendre son projet d’ajout de 16 nouvelles cuves AP60 au Complexe Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Des besoins en hydroélectricité supérieurs

Le ministre Fitzgibbon a affirmé que le travail effectué par Rio Tinto dans ce dossier est très rigoureux et que Québec travaillait avec la multinationale afin de maximiser les besoins hydroélectriques.

Il va probablement y avoir des manques d'hydroélectricité pour le projet Elysis, a-t-il ajouté.

L’approvisionnement hydroélectrique de la multinationale a d’ailleurs été au coeur des discussions entre le ministre Fitzgibbon et l'entreprise.

« Nous négocions présentement la technicalité au niveau de l'approvisionnement hydroélectrique, qui est un gros besoin. Moi, je suis très confiant que l'aluminium au Québec va continuer de prospérer et qu'on va probablement encore une fois être les premiers, la première juridiction mondiale qui va pouvoir offrir de l'aluminium vert, et on doit en être très fiers. »

— Une citation de  Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie

Il a assuré que Rio Tinto et Alcoa sont commis, sont engagés pour que le Québec reçoive le fruit d'investissements majeurs.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean accueille le Centre de recherche et de développement d’Elysis au Complexe de Jonquière et l’usine Alma a été choisie pour la construction des prototypes de cuves d’Elysis. L’emplacement de la future usine de fabrication des anodes inertes, sur lesquelles repose la technologie sans émission de carbone, n’est pas encore connu.

Avec les informations de Gilles Munger et de Michel Gaudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !