•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alliance des gens du N.-B. renait avec un nouveau chef

Rick DeSaulniers en bordure du fleuve, avec l'Assemblée législative au loin.

Rick DeSaulniers a été élu chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick le 28 mai.

Photo : Radio-Canada / Mikael Mayer

Après l’élection d’un nouveau chef, Élections NB estime que l’Alliance peut redevenir un parti officiel au Nouveau-Brunswick.

La directrice générale des élections, Kim Poffenroth, dit que l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick répond aux critères qui peuvent en faire un parti officiel à nouveau. Au mois de mars, lors de son passage au Parti progressiste-conservateur, l’ex-chef Kris Austin avait annulé cet enregistrement.

Selon Kim Poffenroth le parti a rempli les conditions d’enregistrement prévues par la loi.

Kim Poffenroth.

La directrice générale des élections au Nouveau-Brunswick a approuvé l'enregistrement officiel de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC/Graham Thompson

Ainsi, le parti a élu un chef, Rick DeSaulniers, lors d’un congrès, qui a eu lieu samedi, il dispose d’au moins dix associations de circonscriptions, et s’engage à présenter des candidats officiels dans au moins dix circonscriptions lors des prochaines élections générales.

Cette reconnaissance par Élection NB permettra à l’Alliance des gens d’obtenir le financement du Fonds consolidé auquel le parti avait droit avant sa dissolution en mars.

L’opposition déplore le retour de l’Alliance

Les partis d’opposition à Fredericton déplorent la renaissance de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, un parti qui s’oppose ouvertement à certains aspects du bilinguisme officiel.

Le chef intérimaire du Parti libéral du Nouveau-Brunswick voit d’un mauvais œil le retour de l’Alliance. Ce parti-là est revenu, qui voudrait faire avancer des idées que je ne suis absolument pas d’accord et la grande majorité des gens au Nouveau-Brunswick n’adhèrent pas, dit-il.

Je pense que c’est une mauvaise journée pour le Nouveau-Brunswick.

Une citation de Roger Melanson, chef intérimaire du Parti libéral du Nouveau-Brunswick
Roger Melanson.

Roger Melanson est le chef par intérim du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, le député vert de Kent-Nord, Kevin Arseneau, estime que la situation actuelle est pire qu’à l’époque où l’Alliance disposait de deux députés à l’Assemblée législative.

Là tu as un parti qui pousse des idées, tu as des gens à l’intérieur d’un gouvernement qui se cachent, qui peuvent travailler ces idées-là de l’intérieur, quand que Higgs a accepté Austin et Conroy, j’ai dit j’aurais préféré qu’ils restent un parti, j’aurais préféré qu’il les laisse là, qu’on sache ce qu’ils pensent, explique-t-il.

Dans le fond, c’est un scénario qui est doublement dangereux.

Une citation de Kevin Arseneau, député vert de Kent-Nord

Les conservateurs, qui comptent deux anciens alliancistes dans leurs rangs, ne se sont pas prononcés.

Un nouveau chef, mais la même idéologie

Rick DeSaulniers maintient la position traditionnelle de l'Alliance des gens sur les questions linguistiques. Le politicien dit que cette position pourrait être modifiée, mais pour l'essentiel, il défend toujours les mêmes points de vue.

D'emblée, Rick DeSaulniers soutient qu'il appuie le bilinguisme au Nouveau-Brunswick. Nous ne sommes pas anti-bilinguisme, nous ne le sommes pas, nous ne sommes pas anti-francophones, tout ce que nous voulons c'est l'équité, affirme-t-il.

Rick DeSaulniers.

Rick DeSaulniers, député de Fredericton-York élu sous la bannière de l'Alliance des gens en 2018, et défait en 2020.

Photo : Radio-Canada

Mais du même souffle, le politicien critique plusieurs des piliers du bilinguisme officiel au Nouveau-Brunswick.

Ainsi, les exigences linguistiques pour obtenir des postes bilingues sont trop sévères selon lui, et ne sont pas juste pour les unilingues.

Il souhaite aussi que le poste de Commissaire aux langues officielles soit aboli, parce qu'il diviserait la population au lieu de l'unir.

Enfin, DeSaulniers croit qu'il faudrait fusionner les régies de la santé Horizon et Vitalité, pour n'en faire qu'une seule régie bilingue.

Retour en politique d’un ex-député

Électricien à la retraite, Rick DeSaulniers a été élu en 2018 dans Fredericton-York sous la bannière de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, dirigée alors par Kris Austin.

Toutefois, Rick DeSaulniers a perdu son siège aux élections générales de 2020. Il est arrivé troisième derrière le conservateur Ryan Cullins et la verte Melissa Fraser.

Les trois députés de l'Alliance en 2018.

Rick Desaulniers, en 2018, lorsqu'il était député de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, avec Kris Austin qui était le chef à l'époque.

Photo : CBC

Durant ses deux années à l’Assemblée législative, le député Rick DeSaulniers s’est fait remarquer pour avoir changé d’opinion à quelques reprises.

Fermement opposé à la levée du moratoire sur l’exploration du gaz de schiste, en 2018, il s’est finalement laissé convaincre par les conservateurs, qui voulaient permettre l’exploration dans la région de Sussex.

En 2019, il a menacé de voter contre le budget du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux, parce qu’il souhaitait que le gouvernement règle un problème de camions bruyants dans sa circonscription. Là aussi, il s’est laissé convaincre par les conservateurs.

L’Alliance subira son premier test le 20 juin

L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick pourra évaluer le soutien populaire dont elle dispose dès le 20 juin, lors des élections partielles prévues dans Miramichi-Baie-Néguac et Miramichi-Sud-Ouest-Baie-du-Vin.

Un politicien n'admettra jamais la défaite tant qu'il n'est pas vaincu, mais je pense que cela pourrait être une bonne mesure d'où nous en sommes, pour voir quel genre de coup nous avons pris, si nous en avons pris un, lance-t-il.

L’Alliance a désigné Thomas L'Huillier comme candidat dans Miramichi Baie-Néguac, mais aucun candidat n’a encore été officiellement annoncé dans Miramichi-Sud-Ouest-Baie-du-Vin. Le chef Rick DeSaulniers précise, toutefois, qu'il y aura bien un candidat dans cette circonscription.

La date limite pour présenter des candidats dans ces élections est ce vendredi, le 3 juin.

Avec des informations d'Alix Villeneuve

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.