•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du prix de l’essence : un crédit d’impôt demandé pour les régions éloignées

Un camion qui transporte des billots de bois est suivi par une voiture sur une route de gravier.

Selon des élus du Bas-Saint-Laurent, l'inflation touche durement les résidents et entreprises des régions éloignées (archives).

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

La Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) appelle Québec à mettre en place un crédit d’impôt destiné aux « régions ressources » de la province pour mieux faire face à la hausse du prix du carburant.

Les élus bas-laurentiens justifient cette demande par les impacts dévastateurs qu’a la hausse des prix du carburant sur les résidents, et sur les entreprises de ces régions éloignées des grands centres qu’elles alimentent en matières premières, indique Michel Lagacé, président de la TREMBSL dans un communiqué.

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, le Bas-Saint-Laurent devraient ainsi avoir droit à ce crédit d’impôt, selon eux.

Selon le ministère de l'Économie, les régions ressources représentent 6,7 % de la population, génèrent 7,5 % du produit intérieur brut (PIB) du Québec, mais occupent 80,2 % du territoire québécois.

Le maire de Rimouski Guy Caron dénonce l'écart de revenus entre celui des Bas-Laurentiens et de la moyenne québécoise. D'après ses informations, les employés de la région gagnent en moyenne 32 130 $ annuellement, soit 2300 $ de moins que la moyenne québécoise. Il est essentiel que le gouvernement redistribue la richesse sur l’ensemble du territoire notamment en octroyant un crédit d'impôt aux régions ressources, affirme-t-il.

Situation perçue comme injuste

Le président de la TREMBSL, Michel Lagacé, ajoute que le coût des transports pour assurer la circulation des ressources humaines et matérielles fragilise l’économie du Bas-Saint-Laurent.

Il y a un préjudice actuellement en ce qui a trait au bois, aux pêches, donc tout ce qui est produit ici est moins compétitif à cause de l’augmentation incroyable dans les derniers mois du coût de l’essence et du diesel, explique-t-il.

Michel Lagacé souhaite que les autres régions ressources emboîtent le pas à cette initiative.

Avec les informations de Louis Lessard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !