•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pénurie de personnel frappe les hôpitaux ruraux de la Colombie-Britannique

Une médecin de famille et une patiente.

La pénurie de personnel de soins se fait sentir partout dans la province et au pays.

Photo : iStock

Dans les communautés rurales et éloignées de la Colombie-Britannique, des urgences doivent temporairement fermer leurs portes en raison d’une pénurie de personnel. Les intervenants du milieu dénoncent une crise du système de santé publique et le premier ministre John Horgan demande un meilleur financement du gouvernement fédéral.

Au cours du week-end, les urgences de Port McNeill, de Clearwater et de Chetwynd ont toutes dû fermer durant plusieurs heures en raison d’un manque de personnel. Dans le cas des urgences de Port McNeill, il s’agit d’une quatrième fermeture depuis janvier, confirme la Régie de la santé de l’île de Vancouver.

Le maire du district de Clearwater, Merlin Blackwell, estime que les urgences de la communauté ont dû fermer une vingtaine de fois depuis le mois d’octobre, majoritairement les soirs et les nuits de week-end.

Un jour ou l’autre, une situation surviendra qui nécessitera que nos urgences soient ouvertes et elles ne le seront pas. Nous l’avons échappé belle jusqu’à présent, souligne-t-il.

Chaque fois que des urgences doivent fermer leurs portes, tout particulièrement dans les communautés rurales, les résidents doivent parcourir plusieurs kilomètres pour obtenir des soins, déplore la vice-présidente du syndicat des infirmières de la province, Adriane Gear.

Ça peut engendrer des déplacements importants, la météo peut être peu clémente et certaines régions n’ont pas ou peu de réseau cellulaire. C’est donc inquiétant de penser que des patients doivent conduire de longues distances pour obtenir des soins de santé, dit-elle.

La Régie de la santé de l’île indique que les réductions temporaires de service sont un dernier recours et résultent d’une pénurie de personnel qui touche non seulement le nord de l’île de Vancouver, mais l’ensemble de la province et du pays.

Les effets de ce problème national sont amplifiés, toutefois, dans les régions rurales et dans les plus petits programmes où le nombre de travailleurs est déjà plus faible, écrit la régie.

La pénurie de personnel de soin remonte à plusieurs années, mais elle a été exacerbée par la pandémie qui a épuisé le personnel en place, soutiennent les syndicats.

Le système de santé est en crise dans plusieurs domaines. Il n’y a simplement pas assez d’infirmières, de médecins, de personnel de soin et de lits subventionnés et ça a certainement un impact sur les soins qui sont donnés aux Britanno-Colombiens, assure Adriane Gear.

Le syndicat des travailleurs en milieu hospitalier (BCHEU) indique d’ailleurs qu’un travailleur sur trois songe à quitter le système de santé d’ici deux ans en raison du stress et de la pression subie.

C’est important que nous trouvions des moyens pour faire face à la pénurie de personnel, mais aussi au stress et à la pression puisque les gens sont épuisés. Nous devons nous assurer d’avoir en place des politiques afin de retenir les travailleurs que nous avons et de recruter plus de personnel pour l’avenir, illustre le porte-parole du syndicat, Mike Old.

Besoin de l’appui d’Ottawa

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, attribue une part de la pénurie de personnel à la pandémie et au fait que le virus circule toujours dans la population. Mais il déplore aussi un déclin dans le soutien du gouvernement fédéral dans les services de santé publique depuis 30 ans.

Il est temps de réimaginer les services de santé publique du pays pour le prochain siècle. Nous devons nous assurer que nos installations sont à la pointe de la technologie [...] et que nous pouvons recruter du personnel et des travailleurs qualifiés pour y travailler, dit-il.

Les premiers ministres du pays se rencontreront d’ailleurs à Victoria au cours de l’été afin de discuter des transferts en santé entre Ottawa et les différentes provinces du Canada.

Avec des informations de Jon Azpiri et de Janella Hamilton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !