•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève générale illimitée dans 22 succursales de la SQDC

Le logo de la SQDC avec des autocollants sur lesquels on lit "En grève".

Le personnel de 22 succursales de la SQDC est en grève.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Les employés de 22 succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) affiliés au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont déclenché lundi une grève générale illimitée.

Ces quelque 250 syndiqués s'étaient dotés en février d'un mandat de grève.

Ils demandent à la partie patronale un rattrapage salarial et de meilleures conditions de travail, notamment sur les horaires et la conciliation travail-famille.

« On est en grève jusqu’à ce qu’on ait conclu une entente avec la SQDC, notamment sur la question salariale. »

— Une citation de  David Clément, président du Syndicat des employés de la SQDC

Le président du Syndicat des employés de la SQDC, David Clément, demande à l’entreprise d’offrir un salaire d’entrée, actuellement d'environ 17 $ de l’heure, similaire à celui offert dans les autres sociétés d'État.

On a une demande de négociation de 23 $ de salaire d’entrée, pour être en mesure d’avoir un salaire qui est comparable aux autres emplois, que ce soit à Loto-Québec ou à la SAQ, autant dans les entrepôts que dans les succursales, explique-t-il.

Le logo de la SQDC.

Les membres du syndicat demandent une augmentation du salaire d'entrée et de meilleures conditions de travail.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Selon le représentant syndical, l'entreprise fait déjà face à un grand problème de rétention de main-d'œuvre, parce que le salaire d’entrée n’est plus compétitif.

Quand on ne connaît pas les conditions à la SQDC, beaucoup de monde vont se dire "société d’État = bonnes conditions de travail". Mais ce qu’on voit, c’est que beaucoup de nouveaux employés vont durer une journée, une semaine, et vont s’en aller vers d’autres cieux, explique-t-il.

De son côté, la SQDC refuse de commenter les négociations en cours avec la partie syndicale. Le porte-parole de la société d’État, Fabrice Giguère, souligne la volonté de l’organisation de minimiser les répercussions de la grève sur sa clientèle.

Notre souhait est de maintenir le service ouvert aux clients. C’est pour cela que nous avons réduit les heures d’ouverture des 22 succursales qui sont concernées, explique-t-il, en invitant la clientèle à consulter le site Internet de la SQDC pour avoir les derniers détails.

Une affiche indiquant les modifications d'horaire à la SQDC.

Les horaires d'ouverture des succursales touchées ont été réaménagés.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Il affirme aussi que la société d'État n'a pas de difficulté à embaucher, mais que le recrutement est plus facile dans les centres urbains qu'en région.

Négociations difficiles

Les négociations entre les deux parties ont commencé en octobre dernier. Il y a eu beaucoup de difficultés, notamment en ce qui a trait aux salaires, raconte David Clément.

On a eu une offre salariale qui nous a été déposée à la mi-avril, qui ne prévoyait aucun rattrapage salarial et [proposait] des augmentations de moins de 2 % par année, ajoute-t-il.

Des moyens de pression ont été organisés par la suite, notamment en dérogeant au code vestimentaire de l'employé, avec le port de bermudas, de robes et d’autres vêtements qui ne respectaient pas ce code.

Dans l'Est-du-Québec, seule la succursale de Rimouski est touchée par la grève.

La SQDC compte plus de 80 succursales dans l'ensemble de la province, dont environ la moitié est syndiquée.

Quelque 180 employés d'une quinzaine de succursales du monopole d'État sur la distribution du cannabis sont représentés par la CSN. Ils vont se prononcer dimanche sur un mandat de grève demandé par leur syndicat.

On est allé graduellement dans les moyens de pression. On a donné une chance à la négociation et à la médiation, mais visiblement, ça ne suffit pas. On veut aller en grève. On sent qu'il y en a pas mal qui ont hâte, assure Maxime Nadeau, président du syndicat des employés de la SQDC affilié à la CSN.

Celui-ci explique que le choix de stratégies diffère entre le SCFP et la CSN.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !