•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix choses à savoir sur Tomson Highway, lauréat du PGGAS 2022

Cet auteur et interprète autochtone figure parmi les artistes les plus acclamés du Canada et exerce une influence incommensurable

Portrait de Tomson Highway sur fond noir.

L'auteur, pianiste, dramaturge et interprète Tomson Highway a joué un rôle majeur dans la mise sur pied et l’expansion de nombreux festivals d’arts autochtones

Photo : Sean Howard

Radio-Canada

Le week-end dernier, Tomson Highwaya reçu le Prix de la réalisation artistique lors de la remise des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle 2022. Cette distinction récompense Highway pour son travail dans le monde de la musique populaire, mais sa carrière créative est tout simplement trop impressionnante pour être réduite à cette seule catégorie.

Un texte de Peter Knegt

Il est pianiste, auteur-compositeur et créateur des livrets de deux opéras. Auteur de pièces de théâtre, de romans, de livres pour enfants et d’ouvrages non romanesques, il a joué un rôle majeur dans la mise sur pied et l’expansion de nombreux festivals d’arts autochtones. Sa vie en dehors de l’art est tout aussi extraordinaire. Il la relate d’ailleurs en détail dans ses mémoires, intitulées Permanent Astonishment, un ouvrage qui a remporté le Hilary Weston Writers' Trust Prize 2021 dans la catégorie « Non romanesque ».

« La joie est au cœur de ma vie, confie Highway sur le site web des Prix du Gouverneur général pour les arts du (Nouvelle fenêtre) spectacle. Elle m’inspire, m’aide à aller de l’avant et fait danser mon esprit. »

En l’honneur de cette dernière joyeuse réalisation de Highway, nous avons pensé vous présenter dix choses à savoir sur sa vie et sa carrière.

Il est né le 6 décembre 1951, onzième d’une famille de douze enfants. Le site web de Highway (Nouvelle fenêtre) (en anglais) relate ainsi sa naissance :

« Il est né dans une tente plantée dans un banc de neige (dans une incroyable hâte!) sur une île d’un lac situé dans les régions les plus reculées du nord-ouest du Manitoba, à la jonction des Territoires du Nord-Ouest, de la Saskatchewan et d’un territoire qui prendra le nom de Nunavut en 1999. Sa famille de chasseurs de caribous traversait alors la toundra en traîneau à chiens, comme on le faisait toujours à l’époque. Ce lac, appelé Maria (prononcé Ma-raï-ah), est situé à quelque 200 kilomètres au nord de la réserve indienne (Barren Lands) à laquelle il appartient et dont le village s’appelle Brochet. »

Il est le fils du légendaire chasseur de caribous et champion du monde de courses de traîneaux à chiens, Joe Highway, et de l’artiste Pelagie Highway, spécialiste du perlage et de la fabrication de courtepointes. Dans Permanent Astonishment, Tomson décrit le mariage de ses parents comme une union  dont on ne peut rêver qu’à Hollywood . « Ils ont été mariés pendant soixante ans, raconte Highway dans cette entrevue (Nouvelle fenêtre) (en anglais) qu’il a accordée en 2021 à CBC Radio dans la foulée de la publication de ses mémoires. C’était 60 ans d’amour. D’un très bel amour. Leur mariage a été le plus réussi que j’ai vu dans ma vie. »

Il a travaillé en étroite collaboration avec son frère René Highway, qui était lui aussi ouvertement gai. Danseur et chorégraphe, René décède de complications liées au sida en 1990. Dans Kiss of the Fur Queen, un récit romancé de leurs expériences de jeunesse dans un pensionnat que Highway publie en 1998, le personnage de Gabriel, inspiré de René, est homosexuel. Margaret Atwood qualifie (Nouvelle fenêtre) d’ailleurs cette représentation de geste pionnier. (Ce roman a été publié en français sous le titre Champion et Ooneemeetoo en 2011.) Après la mort de René, Highway déclare (Nouvelle fenêtre) à Maclean’s que son travail consiste à être  deux fois plus joyeux… parce que j’ai promis d’être joyeux pour nous deux .

Il a accédé à la reconnaissance nationale et internationale en 1986 avec sa sixième pièce, The Rez Sisters (Les reines de la réserve). Cette pièce mêle une vision réaliste de la vie quotidienne dans une réserve des Premières Nations à des éléments de spiritualité autochtone. Elle inclut même, de façon audacieuse, un personnage féminin qui pleure la perte de son amoureuse. En 1989, il fait suivre The Rez Sisters d’une pièce complémentaire, Dry Lips devrait déménager à Kapuskasing, dont la version originale en anglais devient la première pièce canadienne de l’histoire du théâtre canadien à être entièrement produite et présentée en intégrale au légendaire Royal Alexandra Theatre de Toronto.

Il a écrit trois livres pour enfants : Le chant des caribous (2020), Les libellules cerfs-volants (2020) et Un renard sur la glace (2020), dont les versions originales sont toutes écrites en cri (sa langue maternelle) et en anglais, et paraissent en 2001, 2002 et 2003. Les trois livres sont illustrés par l’artiste visuel Brian Deines de Toronto.

Il a remporté un nombre impressionnant de distinctions. Le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle que Highway s’apprête à recevoir sera en bonne compagnie. Sur son propre site web (Nouvelle fenêtre), Highway plaisante en disant qu’ à un moment, sa vitrine de trophées s’est effondrée sous son poids monstrueux, entraînant la mort de trois personnes . Ce n’est pas loin du domaine du possible, si l’on en croit cette liste très écourtée : prix Dora Mavor Moore de la meilleure nouvelle pièce et de la meilleure production (cinq nominations et trois victoires), Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie  théâtre (deux nominations), prix Floyd S. Chalmers pour pièce canadienne (deux victoires), Toronto Arts Award (pour ses contributions exceptionnelles, au fil des ans, aux différentes industries culturelles de Toronto, en tant que lauréat et non en tant que candidat), Prix national d’excellence décerné aux Autochtones (2001, aujourd’hui les prix Indspire) et nomination à l’Ordre du Canada en 1994.

Il a reçu dix doctorats honorifiques. Au cas où ces distinctions n’auraient pas déjà montré à quel point Highway a été célébré, il a reçu de nombreux diplômes honorifiques, notamment de l’Université Carleton, de l’Université de Winnipeg, de l’Université de Toronto et de l’Université de Western Ontario.

Pendant six ans, il a été le moteur de la création au sein de Native Earth Performing Arts. De 1986 à 1992, il est directeur artistique de ce qui est à l’époque la seule compagnie théâtrale professionnelle autochtone de Toronto. Il contribue à la façonner. La compagnie a donné naissance à des œuvres d’artistes comme Daniel David Moses, Drew Hayden Taylor et Margo Kane. Elle a remporté neuf prix Dora Mavor Moore (cinquante-quatre nominations pour ce prix), deux prix Floyd S. Chalmers pour pièces canadiennes et un prix James Buller pour l’excellence en théâtre autochtone en 1997.

C’est un  Super Queero . Du moins, c’est ce qu’estime l’équipe de CBC Arts lorsqu’elle classe Highway parmi les figures les plus importantes de l’histoire des arts et de la culture LGBTQ2S+ au Canada. (Nouvelle fenêtre)

Il vit avec son partenaire depuis trois décennies. Le couple partage son temps entre l’Ontario et le Québec. Ensemble, ils vivent alternativement dans un chalet sur un lac au cœur de l’Ontario ojibwé, juste au sud de Sudbury (d’où son partenaire est originaire) et dans une autre résidence à Gatineau. Ils vivent ainsi depuis plus d’une décennie, sûrement dans une abondance de joie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !