•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes d’aide alimentaire en forte demande

Gens qui prennent des denrées

De plus en plus de personnes ont recours à l'aide alimentaire offerte par Moisson Mauricie/Centre-du-Québec.

Photo : Radio-Canada / Archives

Radio-Canada

L'augmentation du prix des aliments, des loyers et de l’essence se fait sentir dans les banques alimentaires de la région, qui perçoivent une hausse de la demande de la part de la population.

Pour Moisson Mauricie, il est clair que l’inflation touche tout le monde. Il y a beaucoup de dépannage d’urgence, donc des gens qui se présentent chez Moisson pour la première fois, affirme Jean Pellerin, président du conseil d’administration de Moisson Mauricie. On s’attend à ce que ça continue comme ça pas mal toute l’année.

En 2021, l’organisme avait reçu en moyenne 1 000 demandes de plus mensuellement que l'année précédente. À la fin mai, Moisson Mauricie disposait de suffisamment de ressources afin de répondre à la hausse des besoins des citoyens. L’aide gouvernementale est toutefois essentielle pour l’organisation, qui reçoit moins de denrées de la part des épiceries.

Des services les fins de semaine

L’organisme Les Artisans de la paix voit aussi une augmentation du nombre de personnes ayant recours à ses services, particulièrement celles en situation d’itinérance. L’organisation répond dorénavant aux besoins de 35 personnes itinérantes. Auparavant, une dizaine fréquentait l’organisme, a précisé Robert Tardif, directeur général des Artisans de la paix.

Pour répondre aux besoins de la population à faible revenu, le Centre d’organisation mauricien de services et d’éducation populaire (COMSEP) songe à mettre en place des services la fin de semaine, pour servir les travailleurs qui ne peuvent pas se présenter à leurs locaux du lundi au vendredi. L’organisme a mené une consultation afin de mieux cerner les besoins de sa clientèle.

Les mères, elles disaient : nous, on ne mange pas beaucoup à la fin du mois. Pour que nos enfants aient tout ce qu’il faut, on se prive de nourriture, a raconté Marie-Josée Tardif, coordonnatrice adjointe de COMSEP. Elle rapporte que certaines familles ont cessé d’utiliser leur voiture en dehors du travail, car elles ne sont plus en mesure de payer de l’essence.

On a constaté que nos gens qui sont à l’emploi à petit salaire, parce qu’on place les gens à l’emploi, ils [sont] arrivés à une qualité de vie [où] ils recommencent à se priver, a ajouté Mme Tardif.

Des personnes emplissent leur assiette de la nourriture disposée en buffet.

Moisson Mauricie a tenu son brunch-bénéfice.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Un brunch pour la cause

Moisson Mauricie a tenu un brunch-bénéfice à l’hôtel Delta de Trois-Rivières dimanche matin. L’événement, auquel 573 personnes ont participé, a permis d’amasser un montant de 111 000 $.

Notre objectif était de ramasser 50 000 $, a évoqué Gaétan Boivin, directeur général du port de Trois-Rivières et président d’honneur de l’événement. Donc, c’est un très très grand succès, a-t-il renchéri. 

Avec les informations de Coralie Laplante

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...