•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 2e vol transportant des réfugiés ukrainiens arrive à Montréal

Le comité d'accueil.

Le ministre fédéral de l'Immigration, Sean Fraser, a indiqué que les trois vols devraient emmener un total de près de 900 réfugiés.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Radio-Canada

Un deuxième vol nolisé transportant 306 réfugiés ukrainiens est arrivé dimanche matin à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Le vol en provenance de Pologne a atterri un peu avant 11 h. Les ressortissants ukrainiens ont été accueillis par la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly. Cette dernière a indiqué que les nouveaux arrivants auront droit à une aide financière à compter du 2 juin.

C'est une situation extrêmement difficile. Ils sont tous passés à travers un traumatisme évidemment, a-t-elle reconnu, tout en promettant de continuer de leur offrir du soutien psychologique, matériel et même de l'aide à l'emploi.

Si quelques passagers ont pu sauter dans les bras de leurs proches à leur sortie de l'avion, d'autres ont mis les pieds en terre parfaitement inconnue sans savoir ce que l'avenir leur réserve.

Alina Shuvalova a fui le Donbass, une région lourdement frappée par l'armée russe depuis le début de l'invasion du régime de Vladimir Poutine. Elle a confié n'avoir aucun proche à Montréal et a prévu s'installer à l'hôtel avec son enfant d'un an.

La situation est très difficile près de ma ville, a décrit Mme Shuvalova à La Presse canadienne.

« Mes parents m'appellent et me disent qu'ils entendent des bombardements tous les jours. Je veux juste sauver la vie de mon enfant. Je suis très reconnaissante d'être arrivée ici. »

— Une citation de  Alina Shuvalova

De son côté, Yuiiy Topolnytsky et sa mère ont patienté pendant des heures pour accueillir des membres de leur famille à l'aéroport.

Cette guerre a pris de bonnes personnes, a-t-il raconté. Le fils de ma tante, il tremble à cause des sirènes, il est traumatisé. Déjà, lorsqu'il attendait son visa en Pologne, il était si soulagé de ne plus entendre les sirènes.

C'est un garçon brillant, il aura une foule d'opportunités ici, peut-être même qu'il deviendra premier ministre du Canada, qui sait, a-t-il ajouté.

Beaucoup d'émotion à l'aéroport Montréal-Trudeau, où 300 réfugiés ukrainiens sont arrivés à bord de l'un des trois vols nolisés par Ottawa. C'est la fin d'un long périple pour ces enfants, leurs parents et des grands-parents qui ont fui la guerre, laissant tout derrière eux. Un reportage de Marie Josée Paquette Comeau.

Beaucoup de curieux en soutien

Plusieurs curieux s'étaient aussi déplacés pour montrer leur soutien. Je suis venu pour les applaudir et les supporter, a dit l'un d'eux.

« On est venus avec des cadeaux; après, on va les transporter chez des familles », a indiqué le responsable d'une association.

Le président de la section québécoise du Congrès ukrainien canadien (CUC), Michael Shwec, était très satisfait de cet accueil et a remercié les gouvernements fédéral et provincial, ainsi que la Ville de Montréal.

M. Shwec a aussi salué le soutien que les Québécois ont apporté à la communauté ukrainienne, comme en témoignent les nombreux dons offerts à des associations œuvrant pour l'accueil des réfugiés dans la province.

« La population québécoise a été extrêmement généreuse. »

— Une citation de  Michael Shwec, président de la section québécoise du Congrès ukrainien canadien
Une femme tenant une pancarte.

Le troisième vol nolisé est attendu à Halifax le 2 juin prochain.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

La ministre Joly a pour sa part rappelé l'engagement du Canada en faveur de l'Ukraine dans la guerre qui l'oppose à la Russie.

Le Canada demeure inébranlable dans son appui à l’Ukraine et à son peuple. L'accueil de ces familles à Montréal rappelle les répercussions humaines de la guerre que mène Poutine, ainsi que la promesse continue du Canada d’offrir un refuge temporaire aux personnes dans le besoin, a-t-elle affirmé.

Avec humanité et dignité

Québec ne ménagera aucun effort pour l'intégration des ressortissants ukrainiens, a fait savoir le ministre de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration, Jean Boulet, qui était aussi présent à l'aéroport.

J'ai rencontré toutes les familles. […] C'est une expérience très touchante, a-t-il témoigné.

« On va s'occuper d'eux [les réfugiés], on va les accompagner [dans leurs démarches] pour permettre à leurs enfants d’aller à l'école. Pour cela, 95 organismes communautaires sont repartis dans toute la province pour leur venir en aide », a souligné M. Boulet.

« On veut les accueillir avec humanité et dignité. »

— Une citation de  Jean Boulet, ministre québécois de l'Immigration

Ce vol est le deuxième de trois que le gouvernement fédéral a nolisés pour faire venir des réfugiés ukrainiens au pays. Le premier avion s'est posé lundi dernier à Winnipeg et le troisième vol est attendu à Halifax le 2 juin prochain.

D'après les données du gouvernement, le Canada aurait reçu plus de 259 000 demandes de résidence temporaire en date du 25 mai. Au total, 120 668 demandes ont été approuvées jusqu'ici. Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador avait lui aussi nolisé un avion pour accueillir 166 Ukrainiens sur son territoire.

Avec les informations de Hadi Hassin et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !