•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de lait hypoallergénique : des parents québécois en pleine tourmente

Une femme près d'un berceau, dans une chambre d'enfant, tient dans ses bras un bébé et le regarde.

Ève Dufour-Savard a bien du mal à s'approvisionner en lait hypoallergénique en ce moment. Son bébé de 3 mois en a pourtant besoin, puisqu'il est intolérant au lait de vache.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

Chargement de l’image

Les préparations de lait hypoallergénique se font rares en Amérique du Nord et cela inquiète les parents dont les enfants sont intolérants au lait de vache. Les difficultés d’approvisionnement risquent de durer encore plusieurs mois.

Ève Dufour-Savard vit mal cette situation. Norbert, son bébé de 3 mois, ne digère pas la protéine présente dans le lait bovin. Il doit être nourri avec du Puranimo A+, une préparation hypoallergénique pour nourrissons. Mais la jeune maman peine à s’en procurer.

C'est très intense et très, très, très stressant parce que le rôle d'une mère est de subvenir aux besoins de son enfant. Là, j'ai de la misère à subvenir aux besoins de mon enfant, confie-t-elle.

Trouver du Puramino A+ est devenu son combat quotidien. Pour ce faire, elle n’hésite pas à appeler une dizaine de pharmacies par jour - des fois plus -, ou bien à quitter sa région et rouler près d’une heure en voiture.

Très difficiles à obtenir

Le rappel de lait pour bébé du fabricant Abbott, aux États-Unis, est à l'origine de cette pénurie qui frappe l'Amérique du Nord. Moins de produits disponibles alors que les besoins restent identiques, cela crée un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Beaucoup d'autres laits, comme les laits partiellement ou totalement hydrolysés en protéines sont très difficiles à obtenir en ce moment, confirme Patricia Poulin, pharmacienne dans le quartier Montcalm, à Québec.

Chargement de l’image

La pénurie de lait hypoallergénique a commencé aux États-Unis. Elle s'est ensuite propagée sur le continent américain.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

Pour s’approvisionner, des parents publient des appels à l’aide sur les réseaux sociaux et misent sur la solidarité entre internautes. La Dre Lise Bélanger, la cheffe du département régional de pédiatrie du CISSS de Chaudière-Appalaches, considère ce recours risqué.

Rétablissement des stocks à la fin de l'été

Elle recommande au contraire de ne pas se détourner du réseau des pharmacies et du système médical. Autre solution suggérée : appeler le 811.

Ils sont en mesure de mettre les familles en lien avec des infirmières ou des nutritionnistes en CLSC. Dans certains cas, le médecin de famille pourra être sollicité, déclare la Dre Bélanger.

Tandis que l’entreprise Abbott prévoit de rétablir ses stocks vers la fin de l’été, le ministère de la Santé du Québec est à la recherche de fournisseurs en Europe. De son côté, Ève Dufour-Savard s’affole.

Je ne sais pas comment on va se sortir de cette crise. (...) Mon bébé commençait à perdre du poids parce que j'avais commencé à rationner son lait. Ça n'a aucun sens.

D’après les informations de Raphaël Beaumont-Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !