•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation réclame un renfort de la sécurité dans le quartier chinois d’Edmonton

Des dizaines de manifestants brandissant des pancartes demandent un renfort de la sécurité dans le quartier chinois d'Edmonton.

Des manifestants rassemblés devant l'hôtel de ville réclament un renfort de la sécurité dans le quartier chinois d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Emily Fitzpatrick

Radio-Canada

Des centaines de personnes se sont réunies devant l’hôtel de ville d’Edmonton pour réclamer un renfort de la sécurité dans le quartier chinois après le meurtre de deux hommes le 18 mai dernier.

Hung Trang, 64 ans, a été agressé dans un commerce de la 98e Rue et Ban Phuc Hoang, 61 ans, a perdu la vie sur la 97e Rue. La police municipale dit avoir porté des accusations à l’encontre d’un suspect de 36 ans.

Avant ces meurtres nous avions peur. Désormais, nous sommes en colère , explique Wen Wang, le directeur général de la Zone d’amélioration commerciale de Chinatown.

Le quartier chinois situé non loin du centre-ville existe depuis plus d’un siècle. Il est connu pour sa criminalité, l’usage de drogues illicites et ses sans-abri.

Il s’agit d’un désastre urbain , se désole Michael Lee, le vice-président de l’Association des bénévoles chinois d’Edmonton. Il précise que les résidents du quartier s'inquiètent pour leur sécurité, mais également pour les aspects sociaux qui sont au cœur du problème.

En début de semaine, le conseil municipal d'Edmonton a entendu des membres du public s’épancher sur le sujet, dont la fille de Hung Trang, l’une des deux victimes, qui a plaidé pour des renforts sécuritaires à Chinatown.

Le ministre de la Justice, Tyler Shandro, s’est servi d’un pouvoir ministériel autorisé par la Loi sur la police pour que soient déployés plus d’agents au centre-ville et dans les transports en commun. Dans une lettre adressée au maire, Amarjeet Sohi, il a souligné la mort des deux victimes.

La Municipalité a déjà autorisé 300 000 $ pour des services de sécurité privés. La Ville va aussi installer des toilettes publiques, ramasser des seringues et améliorer le paysage de rue.

Un fonds dédié à la relance du quartier chinois sera aussi mis en œuvre.

Nous devons avoir des solutions, et il faut les trouver rapidement, estime le chef de la police, Dale McFee, qui a participé à la manifestation. Ceci est mon engagement envers [les résidents].

Il demande à tout le monde, que ce soit le gouvernement, la police, les associations ou les commerces de développer un plan ensemble.

D'après les informations de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !