•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le potager comme solution au prix des légumes à l’épicerie

Chargement de l’image

Arlene Reid a participé à un événement de jardinage du Centre de ressources communautaires de la rue Marlene.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

Des organismes communautaires encouragent les Manitobains à utiliser les espaces dont ils disposent, même s’ils sont petits, pour faire pousser des légumes.

Avec la nourriture qui coûte de plus en plus cher, le jardinage devient une solution pour obtenir des légumes frais tout en épargnant sur la facture d’épicerie.

La Winnipégoise Arlene Reid a de plus en plus de mal à boucler son budget. Je fais attention, dit-elle, surtout avec les fruits et les légumes. Avant, s’ils se gâtaient, je les jetais simplement.

Le prix des aliments dont elle a besoin, les fruits et les légumes, est en augmentation alors que celui de la malbouffe reste bas, fait-elle remarquer. C’est un constat bien fâchant.

Jeudi après-midi, elle a participé à un événement de jardinage organisé par le Centre de ressources communautaires de la rue Marlene, dans le quartier Saint-Vital.

La directrice générale du Centre, Angela Konkin, explique que l’activité voulait offrir aux gens une activité extérieure tout en leur donnant le nécessaire pour planter leurs légumes.

La terre, des pots et des graines étaient ainsi mis à la disposition des participants par le Centre, lui-même situé dans un complexe de logements sociaux destiné à des familles.

Faire pousser ses légumes n’est pas si évident pour les locataires de ces logements sociaux, explique Angela Konkin. Il n’y a pas beaucoup d’espace pour le jardinage ici, et l’accès à des outils et du matériel de jardinage est déficient, dit-elle.

On a vraiment réduit ça à une microversion du potager, en donnant aux participants une petite boîte, un petit pot et quelques graines.

La sécurité alimentaire est ce qui a le plus préoccupé les résidents du complexe au cours des derniers mois, affirme Angela Konkin, alors que tout devient plus cher avec l’inflation.

Tous les jours, ajoute-t-elle, nous parlons à des gens qui vivent des difficultés reliées à la nourriture, c’est vraiment un enjeu très, très présent. Et je pense que ça va s'aggraver.

La banque alimentaire Harvest Manitoba aide aussi les personnes qui se tournent vers le jardinage pour obtenir une source de nourriture durable.

Avant la pandémie, Harvest Manitoba disposait de son propre jardin communautaire à l’arrière de son siège social de Winnipeg.

La gestionnaire principale du réseau de nourriture communautaire, Meaghan Erbus, explique que l’organisme gérait aussi plusieurs programmes pour aider les gens à obtenir les outils et les connaissances requises pour aménager un potager chez eux.

Chargement de l’image

Pour Meaghan Erbus, il est important que des organismes comme le sien encouragent les gens à planter leurs légumes. (Archives)

Photo : iStock

Jardiner est une façon de rentabiliser leurs dépenses, dit-elle. Une tomate au Superstore peut coûter jusqu’à 1,50 $, tandis qu’un plan obtenu gratuitement à Harvest Manitoba va vous donner 20 tomates.

Mais le matériel de jardinage peut aussi coûter cher. C’est pourquoi les initiatives d’organismes comme le Centre de ressources communautaires de la rue Marlene sont importantes, parce qu’elles aident à rendre le jardinage économique, affirme Meaghan Erbus.

La terre coûte cher. L’espace peut coûter cher, selon l’endroit où vous vivez. La majorité des gens qui font appel à nos services vivent dans des maisons en rangée ou des appartements et ont un très petit espace pour faire pousser leurs légumes, dit-elle.

Alors c’est important que des organismes communautaires puissent offrir des solutions à moindre coût, pour encourager les gens à se mettre au jardinage.

Avec les informations de Sarah Petz

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !