•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préparation pour nourrisson : des commerces limitent leurs ventes pour éviter une pénurie

Chargement de l’image

Plusieurs commerces de la région de Vancouver ont choisi de limiter la quantité de boîtes de préparation pour nourrisson que peuvent acheter les clients.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Des commerces de la Colombie-Britannique limitent la quantité de préparation pour nourrisson que peuvent acheter leurs clients afin de réduire le risque de pénurie.

Au moment où les États-Unis peinent à se relever d’une pénurie de préparation causée par un rappel lancé par le plus grand producteur du pays, plusieurs commerces canadiens tentent de limiter les effets que la panique pourrait causer au nord de la frontière.

Selon Greg Wilson, du Conseil canadien du commerce de détail, les stocks de préparation pour nourrisson de la plupart des commerces de la province sont stables et les limites imposées sont des mesures de prévention.

C’est une autre situation où on demande aux gens de ne pas faire de provisions de masse, parce que c’est important que tout le monde ait accès au produit, explique-t-il.

Si les gens continuent d’acheter à leur rythme régulier, on ne devrait pas avoir de problème.

Du côté des commerçants contactés, on indique que les restrictions à l’achat imposées notamment dans la région de Vancouver sont temporaires.

Des restrictions appelées à changer

Plusieurs succursales de chaînes comme London Drugs, No Frills, Save-On-Foods et Pharmaprix avaient des limites à l’achat de préparation pour nourrisson en vigueur, vendredi.

Du côté de London Drugs, on explique, par courriel, que la limite actuelle est d’une boîte par client, mais l’entreprise espère pouvoir augmenter cette limite à deux boîtes par client d’ici la mi-juin. La chaîne dit s’attendre à ce que les limites restent en place jusqu’à l’automne.

Walmart, pour sa part, compte maintenir ses restrictions jusqu’à la fin du mois de mai.

Du côté de Loblaw, l’entreprise à qui appartiennent les chaînes No Frills, Pharmaprix (Shoppers Drug Mart) et Superstore, un porte-parole explique que l’inventaire de préparation lactée pour nourrisson est bon, mais que les reportages récemment publiés dans les médias ont conduit [des gens] à acheter d’urgence et à accumuler [ces produits], à certains endroits.

L’entreprise entend imposer des limites lorsque cela sera nécessaire afin de s’assurer d’avoir un approvisionnement suffisant pour tous ceux qui en ont besoin.

Les chaînes Save-On-Foods, Costco et Sobeys n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de CBC/Radio-Canada.

Santé Canada relâche ses critères, le temps de rétablir l’approvisionnement

Santé Canada dit tenter de limiter les risques de problèmes d’approvisionnement liés au rappel de préparation pour nourrisson par l’entreprise américaine Abbott.

L’agence fédérale a notamment relâché certains critères liés à l’importation, notamment en matière de composition et d’étiquetage des produits élaborés dans des pays étrangers qui ont de hautes normes de qualité et des normes de production similaires à celles du Canada.

Malgré l’apparente stabilité de l’approvisionnement dans l’ensemble, le ministère de la Santé de la Colombie-Britannique admet avoir certaines préoccupations liées à des produits spécialisés, comme la préparation pour nourrissons aux prises avec des allergies ou certains problèmes de santé particuliers.

Le ministère dit être en contact avec Santé Canada à ce sujet. Un porte-parole ajoute que les hôpitaux de la province ne sont pas touchés par la pénurie américaine.

Avec les informations de Liam Britten

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !