•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « fierté » qui surclasse tous les enjeux au congrès national de la CAQ

François Legault fend la foule le bras levé et l'air excité.

François Legault lors du congrès de la CAQ le 28 mai 2022.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le congrès national de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui se déroule samedi à Drummondville, a pour thématique « La fierté », un thème qui évite toute possibilité de division.

Aucun sujet de conflit potentiel, notamment l’environnement ou la hausse du coût de la vie, n’est à l'ordre du jour pour ce dernier grand rassemblement politique avant les élections provinciales du 3 octobre prochain.

« Après une épreuve, c'est normal qu'on cherche de quoi pour se requinquer », a confié un militant caquiste.

Parmi les 23 résolutions étudiées, on ne trouve rien sur l'attente à l'urgence ou pour une chirurgie, sur le vieillissement de la population ou sur le sort à réserver aux personnes âgées, sur la grave pénurie de main-d'œuvre, sur la crise du logement, sur le troisième lien ou sur le manque criant de places en garderie.

Pas un mot non plus sur la hausse du coût de la vie ni sur la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, alors qu'un sondage Léger publié aujourd'hui relève que près d'un électeur sur deux (48 %) se montre insatisfait du bilan environnemental du gouvernement.

À Drummondville, les militants parleront plutôt de la place qu'occupe la langue française, de la création d’un registre des œuvres artistiques francophones et de la fondation d’un musée de l’histoire du Québec.

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a justifié le choix de cette thématique en disant qu'il s'agissait d'un sujet aussi important que le reste.

« Quand je parle à des gens sur le terrain, ils sont plus fiers que jamais d’être Québécois. [On a] montré [pendant la pandémie] une certaine cohésion nationale. On s’est tous battus ensemble contre le même ennemi qui était le virus. »

— Une citation de  Geneviève Guilbault, vice-première ministre

Elle a ajouté qu'il y a d'autres forums pour que les militants puissent exprimer leurs points de vue sur différentes questions.

Quant à Simon Jolin-Barrette, le ministre responsable de la langue de Molière, il a vanté les mérites du français. Ça ouvre des marchés que les États américains, que les autres États fédérés au Canada n’ont pas. On a cette possibilité-là de rejoindre un gros bassin de locuteurs dans le monde entier, a-t-il déclaré.

L'événement, qui est co-animé par la future candidate de la CAQ dans Sherbrooke, l'ex-députée bloquiste Caroline St-Hilaire, n'a connu qu'une seule fausse note samedi. La motion d'un délégué qui demandait l'instauration d'un référendum sectoriel sur l'immigration a été rejetée.

Une femme sur scène s'adresse au public.

Caroline St-Hilaire sera la future candidate de la CAQ dans Sherbrooke.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

De son côté, le co-porte-parole de Québec solidaire (QS) Gabriel Nadeau-Dubois ne s’est pas privé de répliquer à François Legault que son propre parti, dont le congrès national a lui aussi lieu en fin de semaine, abordera les priorités des Québécois, sous-entendant que les solidaires parleront des sujets qui divisent.

Notre thème : ''Pour ce qui compte''. En fin de semaine, François Legault ne parlera pas de crise du logement, de climat et de qualité de vie. Les priorités de Québec solidaire, ce sont les priorités des Québécois et des Québécoises, a-t-il écrit sur Twitter.

Manifestations

De nombreux manifestants étaient présents, au congrès de la CAQ, avec l’objectif de faire entendre leur mécontentement à François Legault. Plusieurs centaines de personnes se sont massées devant l'édifice où se déroule le congrès au courant de la journée. La majorité d'entre eux font partie du Syndicat de la fonction publique québécoise (SFPQ).

Ça fait deux ans qu’on négocie avec le gouvernement de la CAQ. [...] On représente 27 000 membres qui gagnent [des salaires annuels] de 24 000 $ à 60 000 $. On a des gens en ce moment qui ont de la difficulté à arriver [financièrement] à la fin du mois, dénonce Jean-François Sylvestre, vice-président responsable de la mobilisation du SFPQ.

Et même si certains sujets chauds comme le coût de la vie ne seront pas abordés, ils ont néanmoins fait partie des slogans lancés par les manifestants.

« Que le gouvernement soit obligé de donner 500 $ à la population, c’est une chose, mais quand ses propres employés demandent ces 500 $ pour subvenir à leurs besoins, ça veut dire qu'on a un problème majeur. »

— Une citation de  Jean-François Sylvestre, vice-président responsable de la mobilisation du SFPQ
Deux policiers à cheval patrouillent à proximité de manifestants.

La sécurité a été renforcée pour ce congrès.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Une sécurité renforcée

La sécurité lors des rencontres politiques tend à se renforcer depuis quelques années, mais cette fois-ci, elle sera beaucoup plus stricte que d’habitude. Plusieurs dispositifs ont été ajoutés à Drummondville, y compris des drones, des chiens pisteurs, une équipe de patrouilleurs à cheval ainsi qu’une équipe à vélo.

Le congrès de la CAQ, qui se déroule toute la fin de semaine, réunira de 1000 à 1400 militants. Il faudra toutefois attendre la fin de l'été pour connaître la plateforme électorale du parti.

François Legault prononcera dimanche matin un discours sur le thème de la fierté d'être québécois. Des candidatures aux prochaines élections seront aussi annoncées dimanche.

Avec les informations de Véronique Prince, d'Alex Boissonneault et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !