•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les amis et la famille d’un Ottavien emporté par la tempête vivent un « cauchemar »

Chargement de l’image

Rob Hayami, entouré de sa femme Kristine McGillivray et de leur fils Owen, 8 ans (archives)

Photo : gracieuseté Steve Hamre

Radio-Canada

Au moins 10 personnes sont décédées des suites de la tempête qui a sévi en Ontario et au Québec samedi dernier. Au-delà des chiffres, il y a des noms, dont celui de Rob Hayami. L’Ottavien de 49 ans laisse dans le deuil sa femme, son fils de 8 ans et de nombreux amis.

L’un de ceux-ci, Steve Hamre, appelait souvent Rob Hayami lorsqu’il désirait apprendre une nouvelle chanson à la guitare. Steve savait que Rob, très doué, allait l’aider. Il avait l’oreille musicale. Il pouvait jouer n’importe quoi.

Maintenant, Steve devra trouver une autre personne afin de l’aider. Les amis de Rob disent qu’il a été victime de la tempête de vent de grande envergure et de longue durée associée à une ligne d'orages.

Selon M. Hamre, son ami se trouvait au Cedarhill Golf and Country Club en compagnie de son fils, Owen, âgé de 8 ans. Ils ont vu arriver des nuages noirs et se dirigeaient vers le clubhouse lorsque des vents violents ont fait tomber un arbre sur leur voiturette.

Selon la rubrique nécrologique publiée sur le site Tubman Funeral Homes, Rob Hayami est décédé mercredi, au campus Civic de l'Hôpital d'Ottawa, entouré de ses proches.

C’est comme un cauchemar, ça ne semble pas réel. Malheureusement, nous ne reverrons pas Rob, a dit Steve Hamre en pleurant.

Le nous, ici, regroupe ses amis et sa famille : son fils Owen, sa femme Kristine McGillivray, ses deux frères Geoff et Steven, ainsi que ses parents Hiroshi et Jane.

Humilité, gentillesse et humour

Le lendemain de la mort de M. Hayami, Jack Pelletier a publié un message émouvant sur son compte Facebook. Il s’est décrit comme le meilleur ami de Rob avant d’ajouter qu’il était loin d’être le seul meilleur ami. C'est une preuve de l'importance qu'avait l'homme pour les gens autour de lui.

Jack Pelletier l’a décrit comme humble, drôle et gentil. Il a ajouté que les dernières journées avaient été extrêmement difficiles et qu’il avait beaucoup pleuré en ressassant les nombreux moments vécus à ses côtés.

Quelques jours avant la mort de Rob, un groupe d’amis s’était rendu à l’hôpital pour être près de lui, a raconté Jack Pelletier.

Nous étions quelques-uns, assis dans le stationnement, avec nos guitares. Je sentais que Rob était un peu là, mais il n'était plus là physiquement pour diriger les chansons.

Un ami génial

Steve Hamre n’a pas mis de temps pour constater que l’absence de Rob Hayami allait causer un trou béant dans sa vie. Les deux hommes se connaissaient depuis longtemps. Ils ont grandi ensemble à Orléans.

C’était un ami génial, l’un des meilleurs gars qu’on puisse connaître.

Chargement de l’image

Steve Hamre et Rob Hayami ont vécu beaucoup de grands moments ensemble (archives).

Photo : gracieuseté Steve Hamre

Au cours des derniers jours, beaucoup de gens ont contacté Steve pour lui envoyer des photos et des anecdotes de son ami disparu.

C’est le genre de personne qui entre dans une pièce et qui est toujours souriant.

« Il a laissé beaucoup de gens derrière lui. »

— Une citation de  Steve Hamre, sur son ami Rob Hayami, victime de la tempête

Parole de Steve Hamre : beaucoup d’amis de Rob resteront liés à sa famille. C'est une façon de poursuivre les relations bâties au fil des années et de prendre soin des personnes que le disparu aimait le plus.

Le petit Owen perpétue déjà une partie de l'héritage de son père en jouant du piano, a-t-il ajouté.

J'espère qu'il aura l'oreille musicale de Rob.

Avec les informations de Dan Taekema, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !