•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un duo mère-fils de l’Estrie vient en aide aux animaux en détresse

Chargement de l’image

Un chat se fait soigner.

Photo : iStock / Kateryna Kukota

Geneviève Morissette et son fils Olivier sont passionnés d’animaux. Depuis un an, ils répondent bénévolement aux appels de refuges et de citoyens pour venir en aide aux animaux en détresse ou dans le besoin. À la mi-mai, ils ont déménagé les activités de Rescue Animal Estrie, qu’ils menaient jusqu’alors à partir de la maison, dans un local situé au 798, rue du Conseil, à Sherbrooke.

On a commencé par des interventions sur le terrain, pour voir depuis un an comment c’était pour fonctionner. On aime beaucoup les animaux et on voudrait tous les sauver [...]. Mon fils adore grimper dans les arbres et faire un peu d’escalade, alors c’était la job parfaite. À force de se faire appeler, il a fallu avoir un local, explique Mme Morissette, une ancienne préposée aux bénéficiaires.

Chargement de l’image

Olivier et Geneviève Morissette. Derrière eux : un mur où apparaissent des photos de plusieurs animaux qu'ils ont aidés au cours de la dernière année.

Photo : Radio-Canada / Emy Lafortune

Contrairement à d’autres organismes déjà actifs en sol sherbrookois, Rescue Animal Estrie n’est pas un refuge.

On ne garde pas d’animaux normalement, sauf des petits rescues. On va essayer de trouver une famille d’accueil ou de les diriger directement dans un refuge approprié, explique Mme Morissette. On va travailler avec les refuges, on va faire autant du transport que ce sont les refuges qui vont nous appeler [...]. On évalue l’animal pour savoir s’il est blessé, ce qu’il lui faut, pour voir si le refuge qui nous a appelés convient à l’animal qu’on a recueilli. Sinon, on va vers les autres refuges, on ne les laisse pas tous seuls.

Chargement de l’image

Lors du passage de Radio-Canada, Rescue Animal Estrie venait de trouver Oups, un chaton de quelques semaines sauvé d'une poubelle.

Photo : Radio-Canada / Emy Lafortune

« La SPCA nous a déjà appelés pour un bébé raton. On voit qu’on commence à prendre de l’expansion. »

— Une citation de  Geneviève Morissette, propriétaire de Rescue Animal Estrie

L’organisme s’occupe d’une grande variété de petits animaux.

Tout ce qui est raton laveur, moufette, bébé écureuil, bébé raton, ce sont tous des animaux qu’on peut faire, fait remarquer Olivier Morissette.

Des fois, c’est juste des chats ou des chiens qu’on cherche. Si le propriétaire nous demande de l’aide, on va partir à sa recherche, ajoute sa mère.

Jusqu’à maintenant, les activités de Rescue Animal Estrie et l’obtention des permis nécessaires ont été financées de la poche des propriétaires. Le duo mère-fils compte cependant vendre du café à son local pour amasser des fonds. L'argent recueilli servira notamment à acheter de l'équipement et à payer d'éventuels soins vétérinaires, explique Mme Morissette.

Rescue Animal Estrie est également à la recherche de bénévoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !