•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été chaud pourrait provoquer une nouvelle flambée du prix du gaz naturel

Chargement de l’image

Les prix du gaz naturel ont une forte corrélation avec la demande de chauffage et de climatisation.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les vagues de chaleur attendues cet été pourraient donner lieu à un accroissement de la demande en électricité et, par voie de conséquence, à une nouvelle envolée du prix du gaz naturel.

La guerre en Ukraine et les inquiétudes entourant la sécurité énergétique continuent de faire monter le cours du pétrole et du gaz. Toutefois, si le pétrole augmente de 85 % d'une année à l'autre, celui du gaz augmente de plus 200 %.

C'est comme si le cours du pétrole montait à 200 dollars [le baril], mais il [le cours du gaz naturel] ne reçoit pas la même attention, a déclaré Dulles Wang, analyste à Wood Mackenzie, une entreprise de consultation en énergie basée à Calgary. Il ajoute s’attendre à une nouvelle hausse probable des prix du gaz naturel.

Déjà, vendredi à la mi-journée, le prix de référence du gaz naturel américain était d'environ 8,75 $ US par million de BTU (British Thermal Unit) après avoir atteint un sommet en 14 ans en avril.

Les prix du gaz naturel ont une forte corrélation avec les conditions météorologiques et la demande de chauffage et de climatisation. Cela signifie que la chaleur extrême de l'été, comme on l'a connu en Amérique du Nord ces dernières années, pourrait faire grimper les prix, même au-dessus de la barre des 10 $ US.

Dans un rapport récent, l'Energy Information Administration des États-Unis a déclaré que les prix du gaz naturel pourraient augmenter considérablement au-dessus des niveaux anticipés si les températures estivales sont plus chaudes que prévues et que la demande d'électricité est plus élevée.

Les dernières flambées des cours du gaz naturel sont dues à plusieurs facteurs, dont l'augmentation des exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) de la côte américaine du golfe du Mexique visant à aider à répondre à la demande mondiale d'énergie, ou encore les faibles niveaux de stockage nord-américains.

Robert Fitzmartyn, directeur général et chef de recherche chez Stifel FirstEnergy à Calgary, a relevé que la hausse de la demande intervient alors que des régions comme l'Alberta éliminent progressivement l'électricité au charbon et la remplacent par du gaz naturel.

Il a aussi évoqué la pénurie de main-d'œuvre, car il croit qu'elle va continuer à favoriser la hausse des cours du gaz naturel.

Lueur d’espoir

Dulles Wang dit s’attendre toutefois à ce que les prix finissent par baisser à mesure que les foreurs augmenteront lentement leur capacité de production pour répondre à la demande. Je pense que si nous parvenons à passer cet été avec une météo relativement normale, on pourrait s’attendre à une baisse [des prix] après l'hiver 2023.

Au sujet de l’augmentation de la production, l’Association canadienne des entreprises de l’énergie (CAOEC) représentant les foreurs contractuels et les sociétés d'entretien de puits a récemment révisé ses prévisions de forage pour l'année en cours en les faisant passer de 6457 à 6902 puits.

Avec les informations d’Amanda Stephenson, La Presse canadienne

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !